NOUVELLES

Au moins 55 morts dans une série d'attentats en Irak

15/04/2013 07:06 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Des insurgés ont lancé une série d'attentats à la bombe à travers l'Irak lundi, tuant au moins 55 personnes et faisant plusieurs blessés dans le cadre de l'attaque la plus meurtrière à avoir frappé le pays depuis un mois.

L'assaut semblait porter la signature de la branche irakienne d'Al-Qaïda et visait apparemment à terrifier la population en prévision des élections provinciales de samedi, les premières à avoir lieu en Irak depuis le retrait des troupes américaines en décembre 2011.

Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais les attaques coordonnées sont l'une des tactiques préférées des militants d'Al-Qaïda.

Selon les autorités irakiennes, l'organisation ne cesse de gagner en puissance et collabore de plus en plus avec certains rebelles qui tentent de renverser le président syrien Bachar Al-Assad.

Bagdad soutient aussi que l'anarchie qui règne près de la frontière de l'Irak avec la Syrie ainsi que l'association entre le Front Al-Nosra, un groupe syrien, et les islamistes irakiens ont permis à ces derniers d'avoir plus facilement accès à des armes et des combattants provenant de l'extérieur.

La montée de la violence, qui est en partie liée à la tenue du scrutin samedi, inquiète aussi bien le gouvernement irakien que les diplomates étrangers basés à Bagdad. Au moins 14 candidats ont été tués durant les dernières semaines, dont un dans une embuscade dimanche.

« Nous sommes évidemment inquiets au sujet de la violence qui ne cesse d'augmenter depuis quelque temps dans le pays », a déclaré l'envoyé des Nations unies, Martin Kobler, à l'Associated Press. Il a condamné les attentats et exhorté les autorités irakiennes à aller de l'avant avec le vote.

« Ces élections devraient être libres et justes, et chaque électeur devrait pouvoir se rendre au bureau de vote sans avoir peur et sans être victime d'intimidation », a-t-il affirmé.

Les attentats de lundi, qui impliquaient pour la plupart des bombes dissimulées dans des voitures, ont notamment frappé la province d'Anbar et Tikrit, la ville natale de Saddam Hussein, la cité de Kirkouk ainsi que des localités dans le sud de l'Irak.

Les attaques les plus sanglantes ont eu lieu à Bagdad, où 25 personnes ont péri dans diverses explosions.

Associated Press

La Presse Canadienne

PLUS:rc