POLITIQUE

Services à la petite enfance: la CSQ fait le point

14/04/2013 01:07 EDT | Actualisé 14/06/2013 05:12 EDT
QMI

LONGUEUIL, Qc - Alors que les services offerts à la petite enfance défrayent la manchette depuis plusieurs semaines, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a mené une réflexion en profondeur sur le sujet au cours d'un colloque tenu vendredi et samedi à Longueuil.

Les premiers Rendez-vous CSQ de la petite enfance ont été l'occasion de dresser un bilan de ce qui se fait au Québec, puis de discuter de nouvelles voies à emprunter pour améliorer les services offerts aux tout-petits.

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, a souligné que le réseau québécois des garderies subventionnées est une grande fierté pour les Québécois et qu'il est souvent cité en exemple ailleurs au Canada et aux États-Unis.

Elle a rappelé que l'objectif du réseau était d'assurer un accès universel aux services de garde à contribution réduite et de favoriser l'égalité des chances pour tous les enfants du Québec.

Pour permettre d'accroître davantage la qualité des services offerts et d'agir en amont pour favoriser le développement de chaque enfant, des conférenciers en provenance de la France et du Danemark ont été invités pour partager leurs expertises en la matière.

La ministre de la Famille, Nicole Léger, et la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, ont également pris la parole au cours du colloque.

La CSQ, qui est le principal regroupement syndical dans le milieu de l'éducation, a depuis longtemps affiché son appui au projet de maternelle à 4 ans.

Mme Chabot a rappelé qu'une proportion importante des enfants en bas âge ne fréquente aucun service de garde. La maternelle à 4 ans est vue comme l'un des moyens permettant de favoriser le développement des enfants et de faciliter le passage vers l'école.