NOUVELLES

Communes : rentrée du nouveau chef du PLC Justin Trudeau

14/04/2013 04:42 EDT | Actualisé 13/06/2013 05:12 EDT

45 ans presque jour pour jour après son père, Justin Trudeau est devenu, à son tour, le chef du Parti libéral du Canada (PLC) au terme du congrès à la direction du parti qui s'est déroulé dimanche à Ottawa. Le candidat, qui était le favori pour l'emporter, a obtenu 80,1 % des points, selon la méthode de votation, dès le premier tour.

Joyce Murray est arrivée en deuxième place avec 10,2 % des points. Martha Hall Findlay (5,7 %), Martin Cauchon (2,6 %), Deborah Coyne (0,7 %) et Karen McCrimmon (0,7 %) suivent dans l'attribution des points.

Le vote des quelque 127 000 militants et sympathisants du parti s'était terminé en milieu d'après-midi. Au total, plus de 104 500 libéraux ont exercé leur droit de vote électroniquement au cours de la dernière semaine. La course à la direction du PLC s'était ouverte en novembre 2012.

Justin Trudeau devra s'atteler immédiatement à la tâche, notamment lors d'une première période de questions, cet après-midi, moins de 24 heures après son élection.

Le nouveau chef a pris la parole immédiatement après son élection à la tête du PLC.

Un appel aux Québécois

Pendant son discours, le nouveau chef libéral s'est adressé directement aux Québécois. Il a demandé à la population de laisser de côté les chicanes et les débats « qui alimentent la grogne ». Justin Trudeau souhaite que les Québécois deviennent, à nouveau, « des bâtisseurs du Canada ».

Justin Trudeau a aussi souligné la détermination des francophones des milieux minoritaires au pays qui veulent « que leurs enfants s'épanouissent en français ».

Les candidats défaits

Martin Cauchon, qui n'a toujours pas pris de décision sur son avenir politique, croit que Justin Trudeau « va faire un excellent travail ». Il soutient que le PLC devra rebâtir ses associations régionales partout au pays, mais que la tâche est surmontable.

Pour sa part, Martha Hall Findlay souhaite se représenter aux prochaines élections, en 2015. Elle dit, elle aussi, « ressentir l'enthousiasme » au sein des troupes libérales.

Une nouvelle génération de libéraux

Dans un discours qui a précédé l'annonce des résultats, l'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien a d'abord remercié Bob Rae, qui a assuré l'intérim du parti depuis la démission de Michael Ignatieff en mai 2011. Il a ensuite salué la « nouvelle génération » de dirigeants du parti.

M. Chrétien, qui a été député libéral pendant plus de 40 ans, dont 10 à titre de premier ministre, a rappelé que le PLC croit à la justice sociale, à la bonne gestion des fonds publics, à l'environnement et aux Nations unies. Il a souligné que le Parti libéral du Canada avait connu « des hauts et des bas », mais que les mauvais jours étaient terminés.

L'ancien chef libéral a profité de son discours pour critiquer sévèrement les autres partis à la Chambre des communes, notamment le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Il s'est attaqué avec véhémence au premier ministre Stephen Harper, qu'il accuse de n'avoir aucune vision pour le pays. Il a souligné que l'arrivée d'un nouveau chef au PLC signifie « le début de la fin pour le gouvernement conservateur ».

Pour sa part, Bob Rae a demandé aux militants libéraux de se préparer pour la prochaine campagne électorale qui aura lieu en 2015. Il souhaite « un parti capable de se battre, de s'organiser et de faire le travail sur le terrain ».

En plus de Jean Chrétien, plusieurs anciens chefs libéraux étaient présents à l'annonce des résultats, dont Bill Graham, Stéphane Dion et Paul Martin. Michael Ignatieff était absent.

Un grand défi pour Trudeau

Justin Trudeau, qui est aussi député de la circonscription de Papineau, dans la région de Montréal, prend les rênes d'un parti qui est en perte de vitesse depuis une décennie. Il devra surmonter plusieurs défis, dont celui d'arrêter la descente du parti autrefois dirigé par son père, Pierre Elliott Trudeau.

Le PLC a chuté à une troisième place, du jamais vu, lors des élections de 2011. Le parti compte 35 députés à la Chambre des communes, sur 307 circonscriptions.

Le parti, autrefois tout-puissant, est aujourd'hui réduit à quelques poches à Toronto, Montréal, Vancouver, et dans la région atlantique. Ailleurs, la machine électorale est pratiquement disparue. La course à la direction a toutefois permis de stimuler certaines organisations et de recruter plusieurs membres.

La question de l'expérience politique se posera également pour M. Trudeau, élu pour la première fois en 2008, d'autant plus qu'il devra remplacer le chef intérimaire Bob Rae, qui cumule 35 ans dans l'arène provinciale et fédérale.

PLUS:rc