NOUVELLES

Virage à droite sur un feu rouge permis, sauf à Montréal, il y a 10 ans aujourd'hui

13/04/2013 07:06 EDT | Actualisé 13/06/2013 05:12 EDT
Shutterstock
traffic lights red light is...

MONTRÉAL - Il y a dix ans, le 13 avril 2003, les automobilistes du Québec, à l’exception de ceux de l’île de Montréal, obtenaient la permission de tourner à droite sur un feu rouge.

En dix ans, six piétons ou cyclistes ont été happés mortellement en raison de cette mesure. On dénombre une trentaine de blessés graves et environ 800 blessés légers.

Le club automobile CAA-Québec trace néanmoins un bilan positif de l'initiative. Tout en rappelant qu’un décès est déjà «une mort de trop», le porte-parole Cédric Essiminy estime que la mesure semble avoir été bien comprise par les usagers de la route. Il souligne qu’en 2011, un peu plus de 2000 constats d’infraction ont été émis concernant des virages à droite sur un feu rouge mal effectués, ce qui est bien peu, selon lui.

À Montréal, le maire Michael Applebaum et le responsable des transports au comité exécutif, Réal Ménard, ont refusé de rouvrir le débat cette semaine. Il n’est donc pas dans les plans de la ville d’instaurer cette mesure, du moins à court terme, même si le président de la commission des transports et maire d’Anjou, Luis Miranda, se dit favorable.

CAA-Québec est également en faveur, mais avec des restrictions. Cédric Essiminy est d’avis qu’il ne faut pas mettre la sécurité des usagers en péril près des intersections très achalandées, notamment au centre-ville. Mais selon lui, la manoeuvre pourrait être permise dans plusieurs secteurs de l’île, en autant que tous les acteurs concernés soient d’accord.