NOUVELLES

Moscou publie sa liste d'Américains interdits d'entrée en Russie

13/04/2013 08:41 EDT | Actualisé 13/06/2013 05:12 EDT

La Russie a publié samedi une liste de 18 Américains interdits d'entrée sur son territoire en représailles à la publication d'une liste de 18 Russes visés par des sanctions en sol américain. Cette guerre des listes s'inscrit dans une escalade entre la Russie et les États-Unis, qui s'accusent mutuellement de violations des droits de l'homme.

La liste russe comprend « les noms de ceux qui sont impliqués dans la légalisation de la torture et les détentions à vie dans la prison de Guantanamo, jusqu'aux arrestations et enlèvements de citoyens russes », indique le ministère russe des Affaires étrangères.

Parmi les 18 Américains listés se trouvent plusieurs membres de l'administration Bush, dont David Spears Addington, chef de cabinet de l'ancien vice-président Dick Cheney. Le juge Jed Rakoff, plusieurs procureurs de l'État de New York, des membres de l'Administration antidrogue (DEA) et l'agent du FBI Gregory Coleman y figurent aussi, accusés d'avoir violé les droits de citoyens russes à l'étranger.

Selon des propos du vice-ministre des Affaires étrangères recueillis par l'agence Itar-TASS, la liste russe contiendrait une section secrète dont les noms n'auraient pas été publiés, tout comme la liste américaine inclurait ceux de responsables russes de plus haut niveau.

« La guerre des listes ne relève pas de notre choix, mais nous n'avons pas le droit de ne pas répondre à un chantage flagrant », affirme le ministère russe, qui qualifie la liste américaine d'« arbitraire » et accuse les États-Unis de porter « un coup sévère » à la confiance mutuelle.

Dès décembre 2012, les États-Unis ont adopté la « loi Magnitski », visant les individus impliqués dans la mort de Sergueï Magnitski ainsi que toute personne responsable de graves violations des droits de l'homme en Russie. La liste des personnes visées a été publiée vendredi par le Trésor américain.

Les personnes visées verraient leurs avoirs gelés aux États-Unis et ne pourraient obtenir de visa américain. De plus, tout ressortissant américain qui entretiendrait des relations commerciales avec ces personnes pourrait faire l'objet de sanctions pénales.

Moscou avait répondu en adoptant en décembre dernier une loi interdisant l'adoption d'enfants russe par des Américains.

La Russie a aussi adopté fin 2012 une loi qui place sous un contrôle strict les ONG qui bénéficient d'un financement étranger, une mesure vivement critiquée par les Occidentaux.

PLUS:rc