NOUVELLES

Encore très facile pour les moins de 18 ans de se procurer des produits du tabac

12/04/2013 11:59 EDT | Actualisé 12/06/2013 05:12 EDT
Alamy

MONTRÉAL - Malgré les interdictions de la loi, les campagnes annonçant un resserrement du contrôle des points de vente et plusieurs campagnes de sensibilisation, les moins de 18 ans continuent d'avoir un accès facile aux produits du tabac.

Les nouvelles statistiques du ministère de la Santé et des Services sociaux montrent que 38 pour cent des détaillants ont vendu du tabac aux mineurs entre avril 2011 et mars 2012.

Flory Doucas, porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, croit que le gouvernement ne peut ignorer la racine même du problème et doit changer ses stratégies pour empêcher la vente de ces produits aux moins de 18 ans.

Selon Mme Doucas, ni les avertissements sur les emballages, ni les politiques exigeant la présentation de pièces d'identité, ni les publicités pour décourager la consommation tabagique n'ont empêché l'industrie de s'adapter et de rajeunir son image et sa clientèle.

Les nouveaux emballages à motifs variés, certains adoptant le look de produits cosmétiques ou de téléphones intelligents, et les saveurs de fraises ou de chocolat ont fait en sorte de développer un attrait nouveau chez les consommateurs.

La Coalition souhaite que le gouvernement s'attaque aux nouveaux produits en interdisant leur vente et la commercialisation des saveurs aromatisées.

«Il n'y a aucune raison de permettre à l'industrie d'aromatiser des produits mortels à la fraise et au chocolat ou de tolérer la vente de produits qui tuent un usager sur deux dans des emballages qui minent les messages de mise en garde», a dénoncé Flory Doucas.

La porte-parole déplore aussi que ces dernières années, la tolérance à l'égard des nouveaux produits du tabac a été justifiée par la crainte d'un retour de la contrebande.

La Coalition souligne que même au sommet de la contrebande au Québec en 2008, les jeunes s'approvisionnaient pour la plupart auprès des détaillants légaux, qu'il s'agisse d'un dépanneur ou d'une station-service.

«Sur presque chaque porte de détaillant on nous dit 'Ici on carte' mais dans les faits, ce n'est pas le cas. Les statistiques sont là pour le démontrer», a dit Mme Doucas.

La Coalition mentionne également avec ironie que le Palais des congrès de Montréal accueillera ce week-end le Salon dépanneurs, épiceries & Cie où les fabricants et importateurs de tabac dévoileront leurs nouveaux produits aux détaillants.

INOLTRE SU HUFFPOST

9 spots anti-tabac pour décrocher