NOUVELLES

Arrivée tardive de travailleurs étrangers : des producteurs inquiets

12/04/2013 03:18 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

Des producteurs agricoles québécois, dont plusieurs de la région de Québec, doivent composer ces jours-ci avec l'arrivée tardive de centaines de travailleurs saisonniers guatémaltèques. Ces retards s'expliquent par la décision du gouvernement Harper de revoir les règles dans l'attribution et l'émission des visas.

Plusieurs travailleurs du Guatemala sont embauchés dès le mois d'avril par les entreprises d'ici. Or, en raison de la révision par Ottawa du processus administratif, l'organisme sans but lucratif Ferme, responsable du recrutement à l'étranger, a dû annuler deux vols en provenance du Guatemala les 13 et 17 avril. « Si ç'avait été fait en plein été ou à l'automne, on aurait été prêt à vivre, mais là, en pleine saison d'arrivée des travailleurs, mettons que ce n'est pas le meilleur moment pour faire cette révision-là », déplore Denis Hamel, directeur général de l'organisme.

M. Hamel ajoute que même si le processus d'émission des visas reprend son cours normal la semaine prochaine, les producteurs d'ici seront néanmoins aux prises avec des retards.

« On parle de 300 à 500 travailleurs qui ne pourront pas arriver à la date prévue par les employeurs », dit-il.

À Québec, plusieurs producteurs sont touchés par ces retards. C'est le cas de Louis Gauthier, directeur général de l'entreprise Les Fraises de l'île d'Orléans.

« Je vais être probablement touché par les trois travailleurs qu'il me manque sur la liste d'arrivée d'avril. Lorsqu'on fera les plantations mécaniques, il se peut qu'il me manque quelques travailleurs pour les différents équipements qu'on a à mettre en marche. »

Par ailleurs, l'arrivée des travailleurs mexicains ne serait pas compromise, car ces derniers viennent au Québec dans le cadre d'un autre programme plus souple.

PLUS:rc