NOUVELLES

Virage à droite au feu rouge à Québec : des changements à prévoir

11/04/2013 04:30 EDT | Actualisé 10/06/2013 05:12 EDT

La permission ou non de tourner à droite au feu rouge pourrait être revue à certaines intersections à Québec. Dix ans après l'entrée en vigueur de cette manoeuvre, la Ville est en réflexion sur ses critères d'autorisation. Les automobilistes peuvent actuellement tourner à droite dans 60 % des cas à Québec.

Une réflexion est en cours dans les différents arrondissements, indique Marc des Rivières, directeur à la division du transport à la Ville de Québec. « Il y a certains endroits où on va proposer de lever complètement les interdictions. À d'autres endroits, on va proposer d'assouplir la période d'interdiction tandis qu'à d'autres intersections, les conditions font peut-être en sorte qu'aujourd'hui c'est nécessaire d'avoir une interdiction », explique-t-il.

La Ville pourrait donc modifier certains de ses critères qui remontent à 2003. Marc des Rivières donne l'exemple des intersections qui croisent une piste cyclable. Le virage à droite au feu rouge y est interdit en tout temps. Il songe maintenant à l'autoriser en hiver lorsqu'elle est fermée.

« C'est toujours un enjeu de mobilité versus la sécurité » explique-t-il.

Par ailleurs, les dernières statistiques du ministère des Transports du Québec pourraient alimenter la Ville dans sa réflexion. La région de Québec se classe au deuxième rang dans la province pour le plus grand nombre d'accidents survenus à une intersection.

Entre 2003 et 2011, on recense un décès et 92 blessés légers à la suite d'un virage à droite au feu rouge effectué par un automobiliste dans la région de Québec. Dans Chaudière-Appalaches, on dénombre un mort et 25 blessés.

C'est la Montérégie qui arrive en tête avec 141 blessés, mais aucun décès durant cette période. Ces données ne permettent toutefois pas de déterminer si les accidents sont survenus à un feu de circulation où le virage à droite est permis.

Au cours de ces neuf années, 1886 infractions ont été remises à des automobilistes pour avoir omis d'arrêter à un virage à droite au feu rouge dans la région de Québec.

Pour le Regroupement des personnes non voyantes de la région de la Capitale-Nationale, ces chiffres confirment leurs inquiétudes. « On remarque la délinquance des automobilistes. On l'avait dit à l'époque », mentionne le directeur général du Regroupement, René Binet. 

Dix ans après l'autorisation du virage à droite au feu rouge, il pense lui aussi qu'il faut apporter certains changements. « Il serait intéressant de revoir certaines intersections, d'examiner la dangerosité de certaines intersections. On est conscient que ça va être difficile de faire un retour en arrière », ajoute-t-il.

PLUS:rc