NOUVELLES

John Baird brise un tabou à Jérusalem-Est

11/04/2013 10:00 EDT | Actualisé 11/06/2013 05:12 EDT

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, minimise l'importance de sa rencontre avec la ministre de la Justice israélienne, Tzipi Livni, à Jérusalem-Est, la partie de la ville occupée et annexée par Israël depuis 1967.

À Londres jeudi matin, John Baird a réagi aux révélations du quotidien israélien Haaretz voulant que, lors de sa tournée au Moyen-Orient la semaine dernière, le ministre canadien s'était rendu au bureau de la ministre Livni, dérogeant ainsi à la politique de la plupart de ses homologues occidentaux, qui s'abstiennent de visiter les bureaux du gouvernement israélien à Jérusalem-Est pour ne pas sembler donner leur aval à l'annexion israélienne.

Sa priorité, a-t-il dit, était de rencontrer des responsables israéliens et de l'Autorité palestinienne pour parler du processus de paix. Sa visite à Jérusalem-Est n'est, selon lui, qu'une « discussion sémantique ».

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a reconnu que des rencontres dans la partie occupée de la ville étaient peu communes, mais qu'« Il ne devrait y avoir rien d'anormal à rencontrer la ministre israélienne de la Justice à Jérusalem-Est. Ce qui est étrange, c'est que cela soit l'exception », a-t-il ajouté.

Le quotidien Haaretz révèle également que, lors de sa visite dans la région, M. Baird s'est aussi rendu dans une base militaire israélienne établie sur le Golan syrien, une autre zone occupée et annexée par Israël en 1981, une annexion non reconnue par la communauté internationale.

Un haut responsable du ministère israélien des Affaires étrangères a affirmé au quotidien israélien que M. Baird avait effectué ces deux visites contre les recommandations de l'ambassade du Canada en Israël.

Interrogé par Radio-Canada, le porte-parole de John Baird, Rick Roth, a déclaré que le ministre « voulait connaître le point de vue » de Mme Livni sur le processus de paix au Proche-Orient, étant donné qu'elle est la ministre responsable des négociations avec les Palestiniens. Il a affirmé que le ministre, à titre d'invité, avait rencontré ses hôtes « au moment qui leur convenait le mieux ».

À l'issue de sa visite, mardi, M. Baird a réaffirmé l'alliance « étroite et spéciale » entre le Canada et Israël.

Le Canada est l'un des soutiens les plus solides d'Israël, en particulier face au programme nucléaire iranien, et a été l'un des rares pays à s'opposer à l'accession de la Palestine au statut d'État observateur à l'ONU. Au sein du Cabinet, M. Baird est l'un des plus fervents partisans d'Israël.

PLUS:rc