QUÉBEC - En plus de mener la charge contre les paradis fiscaux et autres échappatoires pour les entreprises, Québec solidaire propose de passer au couperet les REER destinés aux particuliers.

Le Régime enregistré d'épargne-retraite (REER) «ne profite qu'à une infime minorité», a fait valoir la coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, jeudi, en point de presse.

Québec solidaire suggère de réduire de moitié la cotisation annuelle permise, qui passerait de 22 000 $ à environ 12 000 $.

Ce ménage s'impose puisque l'analyse démontre que les riches «prennent le gros morceau» de l'abri fiscal, a soutenu le député de Mercier, Amir Khadir aux côtés de Mme David.

La guerre à l'évasion fiscale a marqué les débats de la dernière semaine à l'Assemblée nationale avec le député Khadir comme figure de proue.

Jeudi, en Chambre, M. Kadhir a soutenu que «90 milliards de dollars de l'argent du Québec» se trouvent dans des paradis fiscaux, placés légalement à l'abri du fisc par «les élites d'affaires et les grandes compagnies du Québec».

De surcroît, pendant que le gouvernement serre la vis aux plus pauvres et aux étudiants, il trouve le moyen d'accorder 60 milliards $ de déductions fiscales aux entreprises, a dénoncé le leader de gauche.

Tout au plus, selon M. Khadir, l'État devrait se limiter à autoriser «des aménagements fiscaux» pour encourager le développement de certains secteurs comme les énergies vertes, les entreprises sociales et les coopératives.