DIVERTISSEMENT

Le dénouement de «La Voix», puis Morency et Messmer dans une même soirée

09/04/2013 05:11 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT
Agence QMI

MONTRÉAL - Les soirées de télévision sont parfois inégales en ce qui a trait au choix des émissions. Au hasard des programmations, il arrive, certains soirs, que rien ne semble «allumer» les téléspectateurs avides de sensations variées. Par contre, en d’autres moments, tout arrive dans la même soirée. Ce sera le cas, le mercredi 17 avril, à TVA.

Comme un bon roman dont on a hâte de voir la fin tout en étant triste de devoir rompre le charme: ainsi en est-il pour «La Voix» qui a attiré tant de monde au fil des semaines. On veut savoir qui sera enfin proclamé «La Voix» parmi les quatre ultimes finalistes tout en étant conscients que la finale, présentée à 19h30, sera le dernier rendez-vous «enflammé» de l’aventure. Les téléspectateurs auront une part très active dans le choix du gagnant puisqu’ils devront voter pour le candidat ou la candidate qu’ils préfèrent.

Mais sitôt «La Voix» terminée, François Morency prend la relève, à 20h, pour une heure de rire en nous invitant dans son univers, «Faire l’humour avec…». Et enfin, à 21h, du rire, on passe au monde troublant de «Messmer: drôlement mystérieux #1» alors qu’Annie Villeneuve, les Denis Drolet, Guillaume Latendresse, François Massicotte, Alex Perron et plusieurs autres personnalités se prêtent aux «expériences» du fascinateur.

La dictature de la chasse au diamant

À 300 km au nord de Yellowknife, la mine de diamants Diavik impose un rythme de travail exigeant aux 700 personnes qui y sont affectées et y vivent en permanence. Non seulement le travail requiert des hommes et des femmes particulièrement qualifiés mais les rigueurs du climat s’ajoutent aux difficultés des travailleurs.

À -40°C, le chantier cesse de fonctionner. Sinon, les hommes manoeuvrent ces mastodontes qui forent, chargent, transportent le précieux minerai. Un chargement est évalué à un million de dollars. Il est donc essentiel que le chauffeur soit expérimenté pour circuler sur des routes en pentes, glacées, sur des centaines de kilomètres sans perdre son chargement. Par groupe de quatre, les camions se suivent à 20 minutes d’intervalle, une mesure de sécurité dans ce bout du monde désert, hors du temps, et dont le paysage n’est qu’un lointain horizon dépourvu de toute forme de vie. Il est d’ailleurs prévu qu’en cas de blizzard, le chauffeur est équipé pour survivre quelques jours dans ce camion dont le diamètre des roues font deux et trois fois sa taille.

Quand même paradoxal que pour extraire des diamants dont les plus gros ne pèsent que quelques grammes, il faille l’énergie et le savoir-faire de centaines de personnes et d’une machinerie aux dimensions démesurées là où la clarté du jour ne dure que 5 heures. «Les diamants du Pôle», documentaire de Jean Queyrat, à TV5, le jeudi 18 avril, 19h.

Taillefer-Hervieux à l’heure du cocktail

Après une journée à profiter de la chaleur de l’été, à l’heure où on songe au menu du souper et aux activités pour la soirée, «Cap sur l’été» nous accompagnera à l’heure de l’apéro, 16h, pour nous proposer recettes et sorties estivales. Chaque jour, Marie-Josée Taillefer et Marc Hervieux recevront artistes et personnalités dont Patrice L’Écuyer, André Robitaille, Benoît Brière, Enrico Macias, Patrick Bruel, Kim Thùy, Guylaine Tremblay. De plus, les animateurs seront assistés de chroniqueurs, qui feront part de leurs propositions et trouvailles. L’émission de 90 minutes sera aussi présentée en rediffusion, tous les soirs, 23h, à Radio-Canada.

De l’abeille qui butine au pot de miel, il y a tout un processus que Mario Jean a voulu explorer. C’est à Victoriaville, à l’entreprise Miel Labonté, qu’il a pu trouver toutes les réponses à ses questions: de la pollinisation à l’organisation de la ruche où la reine, la seule qui assure la reproduction, fait la loi. Quand les milliers d’abeille ont terminé de remplir les alvéoles, on prélève la précieuse substance pour procéder à sa pasteurisation, sa filtration et sa mise en bouteille. «On va s’coucher moins niaiseux / Le Miel», le jeudi 18 avril, 19h, au Canal Z.

À RDI, le mardi 16 avril, 20h, deux reportages démontrent clairement combien l’égalité de la femme n’est pas pour demain en Indonésie et en Afrique du Sud. D’abord, il est question de l’excision, cette opération qui mutile le sexe des petites filles en leur coupant le clitoris, parce qu’en plus de la priver du plaisir sexuel, on croit que c’est le plus sûr moyen pour elle de trouver mari. Le deuxième reportage traite du viol correctif en Afrique du Sud, là où on ne tolère pas l’homosexualité. On procède donc à des viols d’une extrême violence, croyant que cet assaut brutal remettra les lesbiennes, considérées comme des femmes insatisfaites, dans le «droit chemin».

À RADIO-CANADA: le nom du nouveau chef du Parti libéral du Canada sera officiellement connu ce dimanche, 17h lors d’une émission spéciale en direct d’Ottawa. À «Découverte», on se demande si on doit craindre les radiations des nouveaux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, à 18h30, ce dimanche. Au tour de Lise Dion d’apprendre ce qu’on pense d’elle à «Prière de ne pas envoyer de fleurs», le jeudi 18 avril, 20h. Le vendredi 19 avril, 21h, dans le cadre de «Zone Doc», Danic Champoux, fasciné par les Hell’s Angels et ayant grandi dans la même environnement que Maurice «Mom» Boucher, se demande pourquoi il a échappé à une vie désordonnée et ponctuée de violence dans son documentaire, «Mom & moi».

À TÉLÉ-QUÉBEC: le docteur Jack Kevorkian surnommé «Dr. Death» est celui qui, dans les années 1990, a voulu répondre à la demande insistante de personnes aux prises avec des problèmes de santé majeurs ou dans des souffrances insoutenables et souhaitant mettre fin à leurs jours. C’est une cause à laquelle le docteur a consacré une grande partie de sa vie. «La vérité sur Jack» avec Al Pacino, Brenda Vaccaro et Susan Sarandon, le jeudi 18 avril, 21h.

À RDI: «Clef, ballon, citron », trois mots que le spécialiste demande au patient qu’on soupçonne atteint de la maladie d’Alzheimer. C’est aussi le titre du documentaire présenté le jeudi 18 avril, 20h, qui rend compte des efforts consentis pour débusquer la source de cette maladie dégénérative qui touche déjà trop de personnes.

À TV5: sur le thème «Miroir / La beauté selon Vénus», la comédienne Isabelle Blais parle de sa perception d’elle-même, enfant et aujourd’hui, et des diktats de la beauté qui inondent tous les paliers médiatiques alors que 95 % des femmes ne correspondent pas aux critères de beauté. Le mercredi 17 avril, 19h30.

AU CANAL VIE: nouvelle session à l’«Académie Airoldi» pour six femmes qui, durant dix jours, apprendront à se voir comme Jean Airoldi les voit, histoire d’être plus attentives à ce qui leur convient de porter, le jeudi 18 avril, 19h.

À CINÉPOP: si on a oublié les détails du film, on se souvient à coup sûr de la trame sonore, une longue complainte obsédante qui colle parfaitement à la situation de Jasmine (Marianne Sägebrecht), une Allemande larguée par son mari en plein désert qui se réfugie au Bagdad Café, point de chute d’une clientèle désillusionnée, tenu par Brenda (CCH Pounder), femme plutôt hargneuse, et qui, contre toute attente, deviendront amies, ce dimanche, 20h.