NOUVELLES

Le père d'une victime du drame dans une garderie de Gatineau se confie

09/04/2013 09:05 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT
Agence QMI

Le père de Neil Galliou, l'éducateur français qui a perdu la vie vendredi dernier lors du meurtre suivi d'un suicide survenu dans une garderie de Gatineau, a appris la nouvelle de la mort de son fils dans les médias. C'est ce qu'il a confié, mardi, lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

Joël Galliou, qui habite en France, traverse actuellement des moments pénibles. « Je vis ça assez mal parce que j'ai en fait appris la nouvelle des médias. [...] Normalement, j'aurais dû l'apprendre par le consulat, qui aurait appelé ici la gendarmerie », explique-t-il.

M. Galliou précise toutefois qu'il a par la suite été bien informé de la situation par les enquêteurs travaillant au dossier

Joël Galliou s'est par ailleurs dit touché par les témoignages des parents sur le travail de son fils auprès des enfants. « On ne dit jamais assez à ses enfants, quand ils sont grands, que tout ce qu'ils font, c'est extraordinaire. Je vois qu'avec les parents et les enfants [de la garderie de Gatineau], c'était extraordinaire », souligne-t-il.

Par ailleurs, M. Galliou ne croit pas qu'un triangle amoureux entre la directrice de la garderie, le tueur et son fils serait à l'origine du drame. Cette hypothèse a d'ailleurs été démentie par la police de Gatineau.

Neil Galliou, 38 ans, était venu au Canada il y a quelques mois dans le but d'apprendre la méthode Montesorri, une approche sur le développement des enfants. Il possédait notamment une formation artistique et travaillait comme éducateur à la garderie Les racines de vie Montessori, située dans le secteur de Hull, où il a été tué. 

La victime devait rentrer en France cet été afin de mettre sur pied un projet inspiré de cette méthode pour des crèches près de Paris. 

Joël Galliou doit maintenant entamer les démarches pour rapatrier le corps de son fils en France.

INOLTRE SU HUFFPOST

Drame dans deux garderies de Gatineau