NOUVELLES

Des succès mis à l'épreuve

09/04/2013 02:00 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

En regardant les statistiques de la Ligue nationale, deux faits sautent aux yeux : Alexander Ovechkin est le joueur de l'heure, et les Capitals de Washington forment l'équipe de l'heure.

Les ingrédients sont donc en place pour un duel entre les Capitals (20-17-2) et le Canadien (25-8-5), mardi, à Montréal.

À ses 14 derniers matchs, Ovechkin a inscrit 16 buts, des chiffres rappelant ses succès d'il y a quelques années, et a ajouté 7 passes pour 23 points. Sans surprise, les Capitals ont affiché un dossier de 10-3-1 au cours de cette période.

Et mieux encore, il semble qu'Ovechkin file le parfait bonheur avec son entraîneur-chef, Adam Oates, qui n'hésite pas à l'envoyer sur la patinoire plus de 20 minutes par match. On est donc loin des séries 2012, quand Dale Hunter coulait sa vedette au banc en fin de match pour protéger des avances...

« Il comprend ma situation et m'a donné la chance de montrer ce dont je suis capable, a mentionné Ovechkin après l'entraînement matinal des Capitals, mardi. Je n'avais pas ce genre de chance la saison dernière. »

Avec Nicklas Backstrom et Marcus Johansson, le Moscovite forme donc le trio le plus dangereux de la LNH. Le prometteur Johansson, choix de premier tour des Capitals en 2009, est un joueur transformé depuis qu'il est revenu de sa commotion cérébrale en mars, avec 16 points à ses 16 derniers matchs. Oates l'associe également aux succès de l'équipe.

« Il a un impact important. Avec Ovechkin à droite, Johansson prend une place importante à gauche. Ce n'est pas une coïncidence s'il récolte plus de points. »

La fameuse transition d'Ovechkin, converti d'ailier gauche à ailier droit, fait finalement passer Oates pour un génie.

Le bémol

Ces succès des Capitals et d'Ovechkin sont toutefois intrigants. En regardant les chiffres de plus près, on découvre certaines nuances.

Les Capitals évoluent au sein de la Division sud-est, considérée par plusieurs comme la plus faible de la LNH. Le fait de mener cette division leur permet d'occuper le 3e rang dans l'Est, mais dans les faits, ils chuteraient à égalité au 6e rang de l'association si l'équipe de 1re place ne bénéficiait pas d'un classement amélioré.

« En milieu de saison, on regardait le classement, on était à 4-5 points de la 8e place, mais à 3 points de la 3e place, rappelle l'attaquant Troy Brouwer. Notre but depuis ce temps est de gagner le titre de division, car ça nous placerait en bonne position pour les séries. On ne veut pas se faufiler comme 7es ou 8es, on veut la 1re place. »

Contre les équipes de leur division, les Capitals présentent une fiche de 12-3-0. Contre les divisions nord-est et atlantique, ils cumulent un dossier de 8-14-2. Et même dans leurs 14 derniers matchs, cette fiche face aux autres divisions ne montre que 4 victoires en 8 duels, dont 2 gains face aux pauvres Sabres de Buffalo.

Cette variation s'applique aussi à Ovechkin, auteur de 11 buts en 24 matchs contre les deux autres divisions, et de 14 filets en 15 sorties contre le Sud-est.

Remarquez qu'avec sa fiche de 11-0-0, le Tricolore a également profité du maillon faible du circuit Bettman.

« Ce soir, c'est un bon test, le Canadien est une des bonnes équipes de l'association, a reconnu l'attaquant Mathieu Perreault. On n'a pas eu beaucoup de succès contre les équipes dans le haut du classement. »

Pour ce test, Oates fera confiance au gardien Michal Neuvirth, dont les succès face au Canadien (4-2-0, moyenne de 2,15) ne se démentent pas. Les visiteurs seront privés des attaquants Joel Ward, Martin Erat et Brooks Laich, tous trois blessés.

PLUS:rc