POLITIQUE

Aide sociale: Maltais annonce une bonification pour les personnes seules

09/04/2013 02:44 EDT | Actualisé 09/06/2013 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Confrontée à une levée de boucliers à cause de sa réforme de l'aide sociale, la ministre de l'Emploi Agnès Maltais a promis mardi une bonification des prestations des personnes seules, en plus de proposer des aménagements aux mesures proposées dans un projet de règlement.

Mme Maltais a néanmoins maintenu l'essentiel de ses réformes, qui visent à réduire le nombre de prestataires qui bénéficient d'une allocation mensuelle de 129 $ pour contrainte temporaire à l'emploi ce qui, pour l'opposition, démontre que son annonce ne change rien.

Les couples inscrits à l'aide sociale ayant un enfant en bas âge et les prestataires de 55 ans et plus perdront ainsi l'allocation, qui s'ajoutait à leur montant de base de 604 $, comme prévu dans le projet de règlement soumis par la ministre en février. Québec limitera aussi les prestations pour l'hébergement dans un centre de services en toxicomanie.

Mais Mme Maltais a déclaré que son règlement sera modifié pour ajouter une nouvelle allocation pour les personnes seules, une mesure qui avait été évoquée dans le dernier budget sans échéancier précis. La ministre n'a cependant pas chiffré cette offre, qui s'appliquerait à 85 000 personnes.

Le financement de cette mesure sera assuré par de «l'argent nouveau», a-t-elle précisé en point de presse, entourée par plusieurs de ses collègues députés.

Au cours des dernières semaines, le règlement proposé a soulevé la colère des groupes de défense des prestataires, de l'opposition, en plus de s'attirer les foudres du Protecteur du citoyen et de la Commission des droits de la personne.

En Chambre, Mme Maltais a répété qu'il n'y aurait pas de compressions dans le programme d'aide sociale, alors que les mesures prévues dans son règlement visaient pourtant à économiser 20 millions $ pour contribuer au rétablissement de l'équilibre des finances publiques.

«Il n'y a pas de coupures à l'aide sociale, il va même y avoir une bonification importante et progressive des sommes allouées aux personnes seules, les personnes les plus démunies et les plus défavorisées de la société», a-t-elle dit.

En point de presse, la ministre a soumis une étude publiée en janvier pour démontrer l'importance de bonifier les prestations des personnes seules, dont le pouvoir d'achat a baissé.

«C'est comme s'il y avait eu une analyse, faite par des chercheurs du Centre d'étude sur la pauvreté et l'exclusion, qui est venue me dire en chiffres ce que je voyais sur le terrain, a-t-elle dit. Ce sont les personnes seules qu'on trouve dans les comptoirs alimentaires, dans les soupes populaires puis dans les cuisines collectives aussi.»

Mme Maltais s'est défendue d'avoir livré un projet de règlement mal ficelé. Selon la ministre, il était normal qu'il suscite des critiques puisqu'il ne s'agissait que d'une ébauche.

«Il n'était pas mal ficelé, a-t-elle dit. Je l'ai déjà dit, il a été mal communiqué. L'autre chose: il faut toujours partir d'une base de travail puis travailler avec le monde puis essayer de l'aménager.»

Mardi, Mme Maltais a annoncé que les personnes déjà âgées de 55 ans, au moment de l'entrée en vigueur du règlement le 1er juin prochain, ne perdront pas le «droit acquis» à l'allocation de contrainte à l'emploi.

La ministre a aussi spécifié que 1900 ménages étaient concernés, la première année, par cette modification, dont les trois quarts sont des personnes seules, qui pourront recevoir la future bonification.

Quant aux parents d'enfants en bas âge, ils bénéficieront d'une période d'évaluation durant l'été, avant l'entrée en vigueur de la mesure.

«Ça entre en vigueur le 1er juin, puis on commence à contacter le monde dès le 1er juin et ça entrera en vigueur le 30 septembre», a-t-elle dit.

Quant aux prestations pour le traitement de la toxicomanie, alors que la ministre souhaitait les limiter à 90 jours, elles pourront être touchées pour une période de 183 jours, sur recommandation d'un expert-conseil.

L'opposition libérale a maintenu sa demande pour que le gouvernement retire son projet de règlement. La députée Karine Vallières a estimé que les compressions demeurent, malgré les «aménagements cosmétiques» de la ministre.

«Il n'y a absolument rien de nouveau, c'est, pour moi, carrément une tentative de diversion, a-t-elle dit. Alors, le fond est le même: il y aura des coupes.»

La députée de Québec solidaire, Françoise David, a déploré que la ministre n'ait avancé aucun chiffre pour ses bonifications aux personnes seules.

«Le gouvernement péquiste ne recule pas sur les coupes à l'aide sociale, il les maintient, a-t-elle dit. Il les maintient, et la seule raison en est l'atteinte du déficit zéro le plus vite possible.»

Quant à la Coalition avenir Québec, le député Sylvain Lévesque a fait référence au passé de Mme Maltais dans le monde du théâtre pour illustrer l'absence d'études d'impacts pour ses mesures.

«Elle a été directrice de théâtre et probablement qu'elle s'ennuie de son ancienne carrière et elle est en train de nous faire une séance d'improvisation mixte, elle invente une solution au jour le jour», a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois