NOUVELLES

Margaret Thatcher, de sauveuse à faucheuse

08/04/2013 10:20 EDT | Actualisé 08/06/2013 05:12 EDT

La mort de Margaret Thatcher, qui s'est éteinte lundi à 87 ans, a suscité à la fois des hommages de nombreux politiciens et des critiques féroces d'anciens adversaires.

Elle aura été pour le Royaume-Uni « la plus grande première ministre en temps de paix », croit l'actuel premier ministre anglais et chef du Parti conservateur, David Cameron, qui a décidé d'écourter une tournée prévue en Europe pour rentrer à Londres.

« Elle n'a pas uniquement gouverné notre pays, elle a sauvé notre pays », a-t-il souligné lundi. « Les gens vont tirer des leçons de ses réalisations pendant les décennies, voire les siècles à venir. »

« Rares sont les dirigeants qui arrivent non seulement à changer le paysage politique de leur pays, mais aussi celui du monde. Margaret était l'un de ces dirigeants », a indiqué Tony Blair, ancien premier ministre travailliste.

Selon Ed Miliband, actuel chef du Parti travailliste, « elle restera toujours une figure controversée. Mais nous pouvons être en désaccord tout en respectant ses accomplissements politiques et sa détermination ».

La reine Élisabeth II a quant à elle envoyé ses condoléances à la famille de Mme Thatcher, se disant « triste d'apprendre la mort de la baronne Thatcher ».

De son côté, le président américain, Barack Obama, a déclaré que « les États-Unis perdent une vraie amie », tandis que l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger a évoqué le courage d'une femme qui ne pensait pas que son travail était de trouver un compromis.

Le dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, qui a été au pouvoir dans les années 1980, a souligné la disparition d'une personne brillante qui restera dans l'histoire. Selon lui, les relations entre l'Union soviétique et le Royaume-Uni de Thatcher étaient difficiles au début, mais elles ont permis de mettre fin à la guerre froide.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lui aussi souligné la contribution de Mme Thatcher au maintien de « la paix et de la sécurité, particulièrement au plus fort de la guerre froide ». Il a en outre mentionné l'espoir qu'elle a donné aux femmes d'atteindre « l'égalité de genres » en politique.

À l'origine de la crise financière actuelle?

Alors que ses admirateurs encensent sa vision en matière de politique économique, les détracteurs de Margaret Thatcher considèrent qu'elle avait tout faux.

« Tous les problèmes réels que nous rencontrons aujourd'hui sont l'héritage du fait qu'elle avait fondamentalement tort », avance Ken Livingstone, ancien maire travailliste de Londres.

Peter Tatchell, militant pour les droits de l'homme, croit que « la décimation de la base manufacturière de la Grande-Bretagne, la mentalité d'enrichissement rapide, la promotion du libre-échange et le manque de régulation du secteur bancaire » découlent tous de mesures établies par Thatcher.

Le quotidien français Libération qualifie Margaret Thatcher de « grande faucheuse », à la une de son édition de mardi.

« Elle a fait la guerre à beaucoup de gens en Grande-Bretagne et je ne crois que cela a aidé notre société », a noté Tony Benn, opposant politique de Mme Thatcher dans les années 1970.

Dans un communiqué, le syndicat des mineurs (NUM) a lancé un « bon débarras » bien senti à l'endroit de la Dame de fer, qui avait écrasé la grève de 1984-1985 dans ce secteur. « Margaret Hilda Thatcher est partie, mais les dommages causés par sa politique fatale persistent malheureusement », a lancé le NUM. Son responsable régional dans le nord-est de l'Angleterre, David Hopper, a déclaré à l'Agence France-Presse : « Je bois un verre en ce moment précis. C'est un jour merveilleux, je suis ravi. »

Des manifestations improvisées, regroupant quelques centaines de personnes, ont eu lieu dans le quartier Brixton de Londres et à Glasgow, en Écosse, pour saluer la mort de l'ancienne première ministre. La place George Square, à Glasgow, avait été le théâtre de manifestations contre la Poll Tax, en 1989, une réforme des impôt locaux qui avait contribué à la chute de Mme Thatcher.

Le président du parti républicain irlandais Sinn Fein, Gerry Adams, a pour sa part évoqué le « rôle honteux » de Margaret Thatcher lors des grèves de la faim du début des années 1980.

En 1981, le nationaliste irlandais Bobby Sands avait entrepris une grève de la faim, se considérant comme un prisonnier politique, mais la première ministre était restée immuable. Après 66 jours sans s'alimenter, Bobby Sands est mort dans la prison de Longkesh. Il était le premier de dix grévistes de la faim à mourir dans cet épisode de l'histoire trouble de l'Irlande du Nord.

La division a aussi atteint la communauté artistique : si l'ex-chanteur des Smiths, Morrissey, a qualifié Margaret Thatcher de « barbare », « sans un atome d'humanité », le chanteur du boys band One Direction, Harry Styles, a plutôt opté pour le respectueux « Repose en paix, baronne Thatcher ».

Enfin, le cinéaste Ken Loach a été à la fois dur et humoristique, lançant l'appel suivant : « Privatisons ses obsèques! »

PLUS:rc