NOUVELLES

Un mort dans des violences religieuses en Égypte

07/04/2013 06:54 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT

Des chrétiens en colère après le meurtre de quatre de leurs confrères dans le cadre de violences sectaires, cette fin de semaine, ont affronté dimanche une foule lançant des pierres et des engins incendiaires, faisant un mort et transformant la principale cathédrale copte du Caire en un champ de bataille.

Ces heurts ont fait croître les tensions au coeur d'une atmosphère politique déjà tendue, alors que des travailleurs ont paralysé les trains du pays lors d'une grève liée aux salaires, et qu'une dispute entourant le principal procureur d'État est entrée dans une nouvelle phase - un ensemble de signes témoignant des troubles sans fin ayant cours depuis deux ans.

Réagissant aux violences dominicales, le parti des Frères musulmans les a attribuées à des tentatives « douteuses » de partis politiques non identifiés visant à faire augmenter l'instabilité au pays en alimentant les violences sectaires et en accroissant le chaos.

Un groupe de l'opposition libérale, le Courant populaire, affirme que les heurts sont symptomatiques de l'échec de l'État à protéger ses citoyens, réclamant la démission du président islamiste Mohammed Morsi et de son gouvernement.

Les affrontements à la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc ont débuté tout juste après que des centaines de chrétiens en colère eurent quitté l'endroit pour tenir une manifestation anti-gouvernementale à la suite des funérailles de quatre chrétiens tués lors des heurts sectaires de samedi.

Une foule, décrite par des témoins comme étant des résidants de l'endroit, leur a lancé des pierres et des engins incendiaires, les forçant à rentrer dans la cathédrale. Quelques policiers seulement étaient présents.

Les Coptes forment environ 10 % des 90 millions d'Égyptiens. Les attaques contre les chrétiens ont augmenté depuis le renversement, il y a deux ans, de l'autocrate Hosni Moubarak.

Associated Press


PLUS:rc