NOUVELLES

Son budget amputé par la Cour, le Portugal prévient que les compressions seront sévères

07/04/2013 06:54 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT

La vie des Portugais « va devenir plus difficile ». C'est ce qu'entrevoit le premier ministre du Portugal, Pedro Passos Coelho, dans un discours télévisé, dimanche, après avoir essuyé vendredi un revers sur le budget devant la Cour constitutionnelle du pays.

Les compressions budgétaires devront être réalisées dans les domaines de la sécurité sociale, dans l'éducation, la santé et les ministères, a prévenu le ministre. Des pertes d'emploi sont à prévoir.

Les treize juges de la Cour constitutionnelle ont invalidé une partie des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement dans son budget 2013. Cette décision de la cour comporte « des risques sérieux » pour l'économie portugaise, croit le premier ministre Coelho, puisque les mesures invalidées représentent un élément clé de la politique d'austérité que Lisbonne a négocié avec ses créanciers internationaux.

Les magistrats ont notamment jugé inconstitutionnelle une mesure pour retenir des salaires versés aux fonctionnaires et une autre réduisant les allocations de chômage et de maladie.

Les mesures rejetées devraient priver l'État de quelque 900 millions d'euros (1,2 milliard de dollars canadiens) de recettes et d'économies. Et le premier ministre estime qu'il n'est plus possible de compenser ce manque à gagner en augmentant encore les impôts. Le gouvernement a déjà prévu des hausses d'impôts d'une ampleur sans précédent. Ces hausses, incluses dans le budget, ont d'ailleurs été approuvées par la Cour.

Selon le gouvernement, la réduction des dépenses publiques constitue désormais le seul moyen de pallier l'invalidation de quatre des neuf mesures du plan d'austérité.

M. Coelho déplore par ailleurs que la décision de la justice place le Portugal dans une position « plus fragile » par rapport à ses créanciers.

Le gouvernement portugais doit rencontrer cette semaine à Dublin des ministres des Finances de la zone euro pour discuter de la prolongation de l'échéance de prêts accordés au Portugal - ainsi qu'à l'Irlande, qui a elle aussi reçu de l'aide.

Les objectifs de redressement budgétaire au Portugal ont été négociés en 2011 avec l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) en échange d'un plan de sauvetage de 102 milliards de dollars.

PLUS:rc