NOUVELLES

Manifestation contre les changements à l'aide sociale à Québec

06/04/2013 02:18 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

La grogne contre les changements à l'aide sociale proposés par la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale Agnès Maltais se poursuit. Une centaine de personnes ont manifesté samedi après-midi dans le quartier Saint-Roch à Québec.

Les manifestants se sont, entre autres, rendus devant les bureaux de la ministre Maltais situés dans le complexe de la Place Jacques-Cartier.

Ils ont demandé à la ministre de faire marche arrière au sujet des modifications que le Parti québécois entend apporter au programme d'aide sociale. Ils estiment que ces changements appauvriront une frange de la population qui est déjà vulnérable.

Les manifestants ont aussi critiqué le processus de consultations publiques mis de l'avant par la ministre Maltais. Jusqu'à la mi-avril, la population et les groupes sociaux sont invités à livrer leurs commentaires par téléphone, par courriel ou par la poste au sujet des modifications à l'aide sociale. Or, plusieurs opposants disent ne pas se sentir écoutés par la ministre.

Agnès Maltais se fait rassurante

De son côté, la ministre Agnès Maltais a tenu à se faire rassurante, samedi. Elle a dit avoir entendu les inquiétudes des manifestants.

« Écoutez, j'ai rencontré tous les groupes et je leur ai dit : "Je vous rencontrerai après la période des commentaires", soit le 15 avril. D'ici là, ils s'expriment, c'est correct, c'est la démocratie, mais je veux rassurer tout le monde : je vais protéger les plus vulnérables, ça fait partie de mes valeurs fondamentales en politique », a dit la ministre Maltais.

Rappelons qu'en vertu des changements proposés par le Parti québécois, les ménages composés de deux parents et d'un enfant de moins de cinq ans perdront, à compter du 1er juin, l'allocation de 129 $ par mois versée pour « contraintes temporaires ».

Le seuil d'admissibilité à cette même allocation pour les prestataires âgés sera quant à lui reporté de 55 à 58 ans. L'aide aux prestataires toxicomanes sera aussi resserrée.

En revanche, ceux parmi les prestataires touchés qui accepteront de participer à un programme de réinsertion à l'emploi recevront temporairement un montant supplémentaire mensuel de 195 $.

PLUS:rc