NOUVELLES
02/04/2013 03:10 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Affaire Magnotta: la mère de Jun Lin dit avoir perdu son intérêt pour la vie

PC

MONTRÉAL - La mère de l'étudiant chinois tué et démembré l'an dernier à Montréal a déclaré, mardi, qu'elle n'avait plus la volonté de continuer à vivre.

Jun Lin, qui était âgé de 33 ans, a été tué puis démembré en mai dernier dans un appartement du quartier Côte-des-Neiges.

Les parents de la victime se sont entretenus avec les journalistes mardi, alors que les audiences préliminaires du présumé auteur du meurtre, Luka Rocco Magnotta, ont fait relâche, au Palais de justice de Montréal.

La famille de Jun Lin voulait honorer sa mémoire à la veille du Qing Ming, un festival chinois au cours duquel les familles commémorent leurs ancêtres et les défunts.

La mère de la victime, Zhigui Du, a déclaré avec émotion mardi qu'elle pensait chaque jour à son fils et à sa mort, survenue il y a maintenant 10 mois.

«Avant, elle était pleine d'espoir pour la vie. Mais elle a perdu son intérêt pour la vie dans ce monde», a traduit l'interprète de Mme Du, qui a éclaté en sanglots pendant son témoignage.

«Elle ne veut que prendre son fils dans ses bras», a ajouté l'interprète.

La famille de Jun Lin — son père, sa mère, et sa jeune soeur — est venue de Chine jusqu'à Montréal pour assister aux procédures judiciaires.

Diran Lin, le père de la victime, est le seul membre de la famille qui est entré dans la salle d'audience pour assister aux procédures et voir les preuves choquantes qui y étaient présentées, ce qui n'a pas été chose facile pour lui.

Il a quitté la salle d'audience en tremblant et en pleurs il y a quelques semaines après la présentation de preuves, et n'est pas retourné au tribunal pendant plusieurs jours.

Les preuves présentées à l'enquête préliminaire de Luka Rocco Magnotta font l'objet d'une ordonnance de non-publication. L'enquête, en relâche jusqu'à lundi, vise à déterminer s'il y a assez de preuves pour que Magnotta subisse un procès.

Âgé de 30 ans, l'accusé fait face à plusieurs chefs d'accusation en lien avec la mort de l'étudiant en génie à l'université Concordia, dont celui de meurtre au premier degré.

L'acteur porno et danseur nu a fait l'objet d'une chasse à l'homme internationale l'an dernier avant d'être arrêté dans un café Internet à Berlin, en Allemagne.

L'avocat de la famille a expliqué aux journalistes que celle-ci avait souhaité s'entretenir avec les médias pour éviter que le fils ne soit relégué au second plan alors que les médias tournent leurs regards vers le suspect et les détails macabres dévoilés lors des procédures.

«Ils comprennent que c'est l'accusé qui subit un procès, mais pour eux il ne s'agit que de leur fils, de sa mémoire et de son héritage», a fait savoir l'avocat Daniel Urbas.

Jun Lin travaillait chez Microsoft à Pékin avant de s'inscrire à l'université Concordia. Il est arrivé à Montréal en juillet 2011.

Les proches de Jun Lin doivent lui rendre hommage plus tard cette semaine en visitant sa tombe dans un cimetière de Montréal à l'occasion d'une journée importante de la tradition chinoise pour honorer les ancêtres.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'audience préliminaire de Luka Rocco Magnotta