NOUVELLES

Nouveau régime forestier québécois: La FTQ inquiète

31/03/2013 05:45 EDT | Actualisé 31/05/2013 05:12 EDT
Alamy

MONTRÉAL - L'entrée en vigueur du nouveau régime forestier du Québec, lundi, inquiète la FTQ.

La centrale syndicale s'inquiète tout particulièrement pour l'avenir des travailleurs de Produits forestiers Résolu (PFR) au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où se concentre plus du tiers des coupes au Québec.

Selon le conseiller régional Jean-Marc Crevier, plusieurs entrepreneurs forestiers de la région ont reçu une lettre affirmant que leur contrat ne serait pas renouvelé à compter du 1er avril — une décision affectant des centaines de syndiqués regroupés sous la bannière du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ).

PFR justifie sa décision en invoquant la Loi sur l'aménagement durable du territoire forestier, adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale en mars 2010 pour remplacer la Loi sur les forêts.

La nouvelle réglementation — inspirée du rapport Coulombe de 2004 — prévoit notamment une mise aux enchères de 30 pour cent de la possibilité forestière et une diminution de 10 pour cent des coupes.

M. Crevier accuse PFR de profiter de ces changements pour se débarrasser d'une bonne partie de ses travailleurs syndiqués et craint que les contrats de ceux-ci ne soient jamais renouvelés.

«Ils vont tirer les conditions des travailleurs vers le bas, estime-t-il. Les gens n'auront plus de syndicats, plus de conditions, et rendu-là, c'est la misère. Pour les travailleurs forestiers, c'est un recul de 40 ans.»

M. Crevier estime également que les politiciens ont failli à la tâche, alors que les représentants du Parti québécois, du Parti libéral du Québec et de la Coalition avenir Québec s'étaient dits préoccupés par les enjeux soulevés par le SCEP en décembre 2013 lors de la commission parlementaire visant à réévaluer la Loi.

«On est rendu à Pâques et il n'y a pas encore eu de modifications, se plaint-il. Le monde est tellement déçu, ça n'a pas de bons sens.»

Les Produits forestiers Résolu possèdent une quarantaine d'usines et une quinzaine de centrales énergétiques au Canada, aux États-Unis et en Asie. Elle emploie 9000 travailleurs.

L'entreprise était autrefois connue sous le nom d'AbitibiBowater, mais elle a changé de nom en novembre 2011 à l'issue d'une importante restructuration.