NOUVELLES

Le secteur énergétique canadien vulnérable aux cyberattaques, selon des experts

31/03/2013 03:20 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

Des experts du domaine de la sécurité soutiennent que le secteur énergétique canadien n'est pas à l'abri des cyberattaques et que davantage de mesures de protection sont nécessaires.

Leurs craintes s'appuient sur les tensions vives entre les États-Unis et la Chine depuis qu'une société américaine a déposé un rapport selon lequel un groupe contrôlé par Pékin aurait mené des cyberattaques en Amérique du Nord.

Dans le secteur énergétique, les systèmes informatiques sont incontournables, par exemple pour contrôler les pipelines. Selon un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité, Ray Boisvert, les effets de cyberattaques sur les systèmes informatiques des entreprises énergétiques canadiennes seraient surtout économiques.

« Ça prend des équipements de haute technologie. Le Canada est un leader global dans certains domaines. Si un autre pays pouvait prendre possession ou voler ces secrets, ou ces méthodologies, ça lui donnerait un avantage sur le Canada », explique-t-il.

Un professeur du département d'informatique de l'Université Queen's en Ontario, David Skillicorn, ajoute qu'il y a un danger pour que de l'information piratée puisse être utilisée dans le cadre de transactions dans le secteur énergétique.

Plus de fonds

Pour limiter ces risques, le centre fédéral responsable de déceler les cybermenaces a vu son budget augmenter, l'an dernier, de 150 millions de dollars. D'ailleurs, sans vouloir donner des détails jugés confidentiels, l'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) soutient que l'industrie travaille étroitement avec le gouvernement fédéral pour identifier les possibles menaces.

Selon Ray Boisvert, davantage de fonds sont nécessaires pour protéger les entreprises privées de cyberattaques, car après tout, dit-il, ce sont elles qui gèrent la plupart des ressources essentielles à la vie des Canadiens.

D'après un reportage de Raphaël Bouvier-Auclair

PLUS:rc