NOUVELLES

Décès de Ralph Klein

29/03/2013 04:06 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

L'ancien premier ministre de l'Alberta, Ralph Klein, s'est éteint vendredi à l'âge de 70 ans.

À la tête du Parti progressiste-conservateur albertain pendant 14 ans, Ralph Klein a gouverné la province durant quatre mandats consécutifs, soit de 1992 à 2006.

Sous son règne, la dette de l'Alberta avait été épongée grâce à des compressions budgétaires draconiennes, mais surtout grâce à l'industrie pétrolière en pleine croissance. Il avait affirmé que l'élimination de la dette albertaine avait été sa plus grande réussite.

Sur la scène nationale, M. Klein n'a pas hésité à défier Ottawa, principalement sous le règne libéral pendant ses mandats provinciaux. Il a appuyé un système de santé à deux vitesses dans certains secteurs et s'est opposé au mariage entre conjoints de même sexe, de même qu'à l'accord de Kyoto. Il a aussi fait passer une loi pour l'élection de sénateurs dits « en attente » (d'une nomination de la part du premier ministre).

L'homme politique a aussi été maire de Calgary de 1980 à 1989. Durant ces années, la ville a connu un boom économique et a été la ville-hôte des Jeux olympiques d'hiver de 1988.

M. Klein a par la suite été élu à l'Assemblée législative albertaine et nommé ministre de l'Environnement en 1989, avant de se présenter à la direction du Parti progressiste-conservateur 

Problèmes de santé

En avril 2011, l'homme politique, reconnu pour son langage coloré, avait reçu un diagnostic de démence, une maladie qui touche les parties du cerveau responsables du raisonnement, de la capacité de planifier, de la perception et de la mémoire.

M. Klein souffrait aussi d'une maladie pulmonaire obstructive chronique et d'aphasie, un trouble qui provoque des difficultés de parole.

Réactions dans la classe politique canadienne

Le premier ministre Stephen Harper a déclaré qu'avec la mort de Ralph Klein, le Canada venait de perdre un dirigeant important. Il a affirmé que l'ancien premier ministre avait joué un rôle crucial en sécurisant le succès économique dont bénéficient aujourd'hui le Canada et l'Alberta.

La première ministre albertaine, Alison Redford, a indiqué, par voie de communiqué, que « Ralph [Klein] était un défendeur ardent de notre province et il avait un amour profond pour l'Alberta et les Albertains. » « Son décès est une perte pour nous tous », a-t-elle ajouté.

Mme Redford a rappelé que Ralph Klein avait une habileté remarquable pour comprendre les Albertains de quelque horizon qu'ils soient. « Il [Ralph Klein] pouvait converser avec tous ceux qu'il rencontrait, que ce soit dans un club de pétroliers au centre-ville de Calgary ou un aréna de curling à St-Paul. Ralph [Klein] était un véritable homme du peuple », a-t-elle précisé.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, s'est dit profondément attristé par la nouvelle de la mort d'un de ses prédécesseurs.

« Les nombreux grands moments de sa carrière et de son héritage politiques seront sans doute rappelés dans les prochains jours et les Albertains seront nombreux à pleurer son départ. Toutefois, Calgary a toujours été ''sa ville''. Ralph Klein est né et a grandi à Calgary, où il a été maire de 1980 à 1989. Pour moi, il sera toujours '' Mayor Klein'' », a-t-il déclaré.

L'ancien premier ministre de la Saskatchewan Roy Romanow a souligné que Ralph Klein a non seulement démontré un grand engagement envers sa province, mais envers tout le Canada. Il a ajouté que le personnage haut en couleur et véhément que montrait en public l'ancien premier ministre albertain était bien différent de l'homme réservé et attentionné qui se présentait aux conférences fédérales-provinciales.

La première ministre de l'Ontario a offert ses sympathies à la famille et aux amis de Ralph Klein, de même qu'à tous les Albertains. « Ralph était une force de la nature dans sa province et il a fait sa marque dans la politique de l'Alberta et de son pays. Il aimait sa province et je sais qu'il sera grandement regretté », a quant à elle déclaré Kathleen Wynne par voie de communiqué.

PLUS:rc