NOUVELLES

Washington envoie des bombardiers furtifs en Corée du Sud

28/03/2013 01:57 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Après plusieurs semaines de tension dans la péninsule coréenne, les États-Unis on fait jeudi une démonstration de force sans précédent en annonçant que deux de bombardiers furtifs B-2 à capacité nucléaire avaient largué des munitions sur une île sud-coréenne dans le cadre d'un exercice militaire conjoint.

Il y a de fortes chances que cette annonce provoque l'ire de Pyongyang, qui a déjà publié une panoplie de communiqués décriant les exercices militaires et les sanctions des Nations unies après ses tests nucléaires le mois dernier.

Les forces américaines en Corée ont annoncé dans un communiqué que les deux bombardiers furtifs B-2 avaient décollé d'une base aérienne au Missouri et largué des munitions sur des îles sud-coréennes avant de rentrer aux États-Unis.

Il n'était pas clair si des B-2 avaient été utilisés lors d'exercices précédents, mais c'était la première fois que l'armée américaine confirmait leur utilisation.

L'armée américaine a transmis son communiqué sur les B-2 peu après avoir annoncé que des bombardiers B-52 avaient participé à des exercices militaires conjoints.

Pyongyang se sent menacé

Pour la Corée du Nord, ces exercices militaires s'inscrivent dans le cadre d'un complot américain visant à envahir son territoire. L'État communiste est particulièrement contrarié par la tenue d'activités nucléaires américaines dans la région.

Washington et Séoul soutiennent que leurs exercices militaires sont routiniers et défensifs.

La Corée du Nord a déjà menacé au cours des dernières semaines de mener des attaques nucléaires sur Washington et Séoul. Mercredi, Pyongyang a soutenu qu'il n'était pas nécessaire de communiquer « dans une situation où la guerre pourrait éclater à tout moment ».

Plus tôt ce mois-ci, Pyongyang, a déclaré qu'elle considérait nulle l'armistice qui a mis fin à la Guerre de Corée en 1953.

Malgré la promesse de la Corée du Nord d'attaquer les États-Unis, des analystes à l'extérieur du pays affirment n'avoir eu aucune preuve que des scientifiques nord-coréens maîtrisent la technologie nécessaire pour bâtir une ogive nucléaire assez petite pour être montée sur un missile.

Associated Press

La Presse Canadienne

PLUS:rc