NOUVELLES

Un employé du zoo de Saint-Félicien a été gravement blessé par un tigre

28/03/2013 11:12 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT
Agence QMI

MONTRÉAL - Un employé du zoo sauvage de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, a été gravement blessé par un tigre alors qu'il était à faire l'entretien de l'habitat de l'animal, jeudi.

Pour une raison inconnue, le grand félin se trouvait également dans l'habitat alors qu'il aurait dû être dans l'enclos de nuit.

La directrice générale de l'établissement, Lauraine Gagnon, a indiqué en après-midi qu'une révision en profondeur des procédures serait réalisée.

«On va comprendre ce qui s'est passé. On va valider sur le terrain toutes les procédures qui sont à l'interne, de quelle manière les choses se font avec les animaux dangereux», a-t-elle dit.

Mme Gagnon a voulu donner l'assurance que, même si l'incident n'avait pas de précédent, la direction ne prenait pas pour acquis que ses pratiques sont parfaitement sécuritaires.

«C'est la première fois au cours des 53 dernières années. Mais ce n'est pas quelque chose que l'on veut qui se reproduise non plus», a-t-elle ajouté.

La Sûreté du Québec a reçu un appel peu avant 9 h 00 l'alertant qu'un homme venait d'être attaqué par un tigre.

Des informations laissant croire que l'animal, une femelle, aurait pu être abattu ou endormi à distance ont circulé mais n'étaient pas fondées. Apparemment, les employés du zoo ont pu porter secours à leur collègue lorsque la bête s'est simplement retirée dans un autre secteur de l'habitat.

Mais rien n'indique que l'animal doive être abattu puisqu'il n'a rien fait de plus que de suivre son instinct naturel.

«Lorsque c'est arrivé, il n'y a rien qui nous obligeait à l'abattre. On l'a tenu à l'écart, on s'est occupé immédiatement de l'employé. La décision qu'on va prendre dans ce sens-là, on ne peut pas vous répondre immédiatement, mais on va s'interroger face à ça. Mais pour l'instant, il n'y a rien qui nous indique qu'on doive abattre l'animal», a indiqué la directrice générale.

La victime, un homme de 51 ans de la région, était toujours consciente à l'arrivée des services d'urgence et a été transportée à l'hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie malgré les graves lacérations qu'il a subies.

La Commission de la santé et de la sécurité du travail doit ouvrir une enquête sur cet incident. La police est également demeurée sur les lieux afin de s'assurer qu'il n'y a pas eu d'acte criminel dans cette affaire, comme par exemple un cas de négligence criminelle.