La nouvelle exposition du musée de Pointe-à-Callière fait revivre la Beatlemania

Publication: Mis à jour:

MONTRÉAL - Avec sa nouvelle exposition «Les Beatles à Montréal», le musée Pointe-à-Callière tente de représenter la frénésie qui a entouré le passage des Fab Four dans la métropole il y a presque 50 ans, mais aussi leur popularité monstre à l'échelle planétaire.

La direction du musée montréalais n'a pas écarté les épisodes de controverse de cette visite, évoquant, entre autres, la menace de mort faite à Ringo Starr et les centaines de billets invendus pour les deux représentations au Forum en septembre 1964. Les Beatles, qui n'étaient restés à Montréal que pendant huit heures, ne sont plus jamais revenus dans la métropole en tant que groupe.

Montréal occupe toutefois une place importante dans l'histoire de ce groupe mythique des années 1960. Quelque cinq ans après le rapide séjour du quatuor, John Lennon y était retourné, accompagné de Yoko Ono, pour un célèbre «bed-in» à l'hôtel Reine-Élizabeth, qui avait également donné lieu à l'enregistrement de «Give Peace a Chance».

Les visiteurs du musée pourront voir une foule de souvenirs, guitares, photos et autres objets rappelant les Beatles, dont la Rolls-Royce de John Lennon. Un enregistrement des concerts présentés à Montréal peut également y être écouté, et ceux qui le souhaitent peuvent même chanter en compagnie du groupe, dans une section de l'exposition.

Le commissaire de l'exposition, David Ledoyen, rappelle que les Beatles ont eu, à l'époque, une forte influence sur de nombreux groupes québécois. Les Baronets sont du nombre, une formation dont faisait partie René Angelil avant de lancer sa carrière d'imprésario de Céline Dion.

Lors du passage des Beatles au Québec, quelque 5000 fans délirants s'étaient déplacés à l'aéroport Dorval pour accueillir leurs idoles. Ils auront été 21 000 à assister aux concerts donnés le 8 septembre 1964, soit 9500 personnes pour la représentation d'après-midi et 11 500 pour la deuxième, en soirée.

Selon la rumeur, ces maigres chiffres auraient vexé les Fab Four, puisqu'ils n'avaient pas réussi à vendre tous les billets disponibles au Forum, dont la capacité maximale s'élevait à 13 551 sièges. L'une des explications possibles, a indiqué M. Ledoyen, est que les concerts coïncidaient avec la date de rentrée scolaire pour de nombreux jeunes amateurs de musique rock, et les enseignants ne toléraient pas que leurs élèves sèchent les cours pour être de la fête au Forum.

«Ils s'étaient fait menacer par leurs professeurs, qui leur avaient prédit de gros ennuis s'ils ne se présentaient pas en classe le 8 septembre», a-t-il raconté.

Le batteur Ringo Starr aura sans doute eu une plus grande frousse, après avoir fait l'objet d'une menace de mort qui le dépeignait comme un «juif anglais», bien que le musicien ne soit pas de confession juive. Un policier se trouvait dans les coulisses le soir du concert pour assurer la sécurité du Britannique. «Il a eu très peur», a soutenu M. Ledoyen.

Une vidéo de l'exposition représente l'entrevue qu'avait menée Janette Bertrand avec l'agent des Beatles, Brian Epstein. Elle avait soulevé le fait que 80 pour cent de l'audience serait, fort probablement, francophone. Il avait alors balayé sa question du revers de la main, se contentant de lancer «prochaine question».

John Lennon aurait pris Mme Bertrand à part avec le groupe après l'entrevue pour échanger quelques phrases dans un français rouillé.

«Elle leur avait donné un très bref cours de l'histoire du Québec et c'est peut-être pourquoi ils avaient lancé un 'bonsoir' à la foule pendant le concert de soirée», a indiqué M. Ledoyen.

Selon lui, les Beatles n'avaient pu interagir avec leurs fans en raison de leur immense popularité et d'une imposante présence policière.

«John Lennon a dit que tout ce dont il se rappelait du Canada, c'était la chemise bleue d'un policier qui le protégeait de ses fans», a poursuivi M. Ledoyen.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Des photos inédites des Beatles
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction