NOUVELLES

La commission parlementaire sur Gentilly-2 dépose son rapport

28/03/2013 01:37 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

Critères plus souples pour le fonds de diversification économique, étude de faisabilité du déclassement immédiat de Gentilly-2 : telles sont certaines des recommandations formulées par la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles (CAPERN), qui a déposé jeudi son rapport sur le déclassement de la centrale nucléaire à l'Assemblée nationale.

Ce rapport fait suite aux consultations particulières qui se sont tenues à l'Assemblée nationale les 29 et 30 janvier 2013 concernant les impacts reliés au déclassement de Gentilly-2 ainsi que le plan de diversification économique pour les secteurs du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

Les parlementaires issus de trois formations politiques représentées à l'Assemblée nationale ont repris les travaux les 21 et 26 mars derniers en vue de terminer la rédaction du rapport. Après deux séances de travail, huit recommandations ont pu être adoptées :

  • Que le fonds de diversification remette annuellement à la commission un rapport sur les investissements et les retombées économiques de ce fonds;
  • Qu'une étude de faisabilité soit faite concernant le déclassement immédiat de la centrale Gentilly-2;
  • Qu'une demande soit adressée au gouvernement fédéral pour un plan de déclassement de la centrale Gentilly-1;
  • Que les critères du fonds de diversification économique soient souples;
  • Que les informations et modalités relatives au fonds de diversification économique soient communiquées régulièrement aux acteurs économiques locaux;
  • Que les mémoires des groupes portant sur le fonds de diversification économique soient transmis dans les meilleurs délais aux membres du comité de diversification économique;
  • Qu'Hydro-Québec privilégie l'ouverture et la création de postes dans les deux régions touchées lorsque c'est possible;
  • Qu'Hydro-Québec maintienne en permanence dans la région une équipe technique spécialisée qui sera affectée au démantèlement.

« Malgré certains désaccords entre les trois partis, les députés ont su adopter un ton constructif dans un esprit de collaboration pour procéder à l'adoption de recommandations porteuses pour la région. Les citoyens de la Mauricie et du Centre-du-Québec nous ont demandé de terminer le travail déjà entamé et nous avons répondu à leurs attentes en proposant de nous réunir de nouveau », a déclaré la députée de Champlain, Noëlla Champagne.

L'opposition officielle « déçue »

Dans un communiqué diffusé jeudi après-midi, l'opposition officielle s'est dite « déçue » du rapport parce qu'elle estime « qu'il ne tient pas compte de la majorité des recommandations proposées par les députés libéraux, recommandations pourtant inspirées par les acteurs régionaux ».

L'opposition officielle soutient qu'elle a tenté jusqu'à la dernière minute « de bonifier ce rapport avec les demandes de la population des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec, mais le gouvernement s'y est opposé chaque fois ».

En entrevue à Radio-Canada, la députée libérale de Trois-Rivières, Danielle Saint-Amand, a déploré que les péquistes aient voté contre une augmentation du montant consacré au fonds de diversification, qui est de 200 millions de dollars, et qu'ils se soient opposés à la récurrence de ce fonds.

Les travaux de la commission parlementaire avaient été interrompus en février dernier après que la députée Saint-Amand eut insulté la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet. La commission parlementaire a vu son mandat prolongé le 12 mars dernier. Ses travaux ont pris fin mardi.

PLUS:rc