NOUVELLES

Des électeurs réagissent à l'impatience du ministre Bernard Valcourt

28/03/2013 12:40 EDT | Actualisé 28/05/2013 05:12 EDT

Les réactions parfois vives du ministre Bernard Valcourt, notamment au sujet de l'assurance-emploi, suscitent des commentaires.

Mercredi, le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien, de passage à Winnipeg, a déclaré : « il va-tu se fermer la gueule, lui? » au sujet d'un manifestant qui faisait du bruit durant une mêlée de presse.

La semaine dernière, lors d'un déjeuner d'affaires à Moncton, le ministre a répliqué à un jeune militant qui l'avait relancé sur la réforme de l'assurance-emploi. « Commence à vouloir aider le monde véritablement et là tu vas commencer à avoir de la crédibilité. Là-dessus, je te de dis bonjour », a lancé M. Valcourt.

Jean-Guy Cimon, ancien chef de la réserve malécite de Madawaska, juge que le ministre manque de respect.

« Bernard n'a plus de respect pour aucun peuple, que soit autochtone, acadien ou français. Il n'a plus aucun respect pour personne. La façon qu'il a réagi à cette réunion-là, il aurait dû se fermer la boîte », affirme M. Cimon.

François Giroux, directeur du département d'information-communication de l'Université de Moncton, rappelle que d'autres politiciens ont aussi des sautes d'humeur.

« C'est à éviter, mais on ne changera pas M. Valcourt. Il a son tempérament. Je ne suis pas sûr jusqu'où ça peut jouer contre sa popularité. On n'a qu'à se rappeler des exemples comme Yvon Godin qui a son caractère ou encore l'ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien, qui a aussi eu des sauts d'impatience dans le passé.

Il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires du ministre Valcourt.

PLUS:rc