NOUVELLES

La Cour suprême américaine se penche sur la reconnaissance du mariage homosexuel

27/03/2013 07:57 EDT | Actualisé 27/05/2013 05:12 EDT

La Cour suprême des États-Unis se penchera mercredi, pour une deuxième journée consécutive, sur la question du mariage homosexuel.

Cette fois, le plus haut tribunal du pays étudiera la constitutionnalité d'une loi adoptée en 1996 par l'ancien président Bill Clinton, qui interdit une reconnaissance nationale du mariage homosexuel et qui empêche les couples gais de recevoir des prestations de la part du gouvernement fédéral.

Des tribunaux inférieurs ont déjà invalidé certaines portions de cette loi, connue sous le nom de DOMA, et c'est maintenant au tour des juges de la Cour suprême de se pencher sur la question.

La Cour suprême a choisi d'étudier la cause d'Edith Windsor, une femme de 83 ans qui a écopé d'une facture de 363 000 $US en droits de succession quand sa partenaire des 44 années précédentes, Thea Spyer, est décédée en 2009. Les deux femmes s'étaient mariées au Canada en 2007 et Mme Spyer avait légué tout ce qu'elle possédait à sa conjointe. Si Mme Windsor avait été mariée à un homme, le gouvernement fédéral ne lui aurait pas réclamé un sou.

Mardi, les avocats des deux couples de Californie ayant accepté de jouer le rôle des plaignants dans la cause ont tenté de convaincre les neuf magistrats du tribunal de renverser la « proposition 8 », une mesure adoptée par les électeurs californiens qui définit le mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme, et de légaliser le mariage homosexuel dans tout le pays.

L'opinion publique par rapport aux droits des gais et lesbiennes aux États-Unis, un sujet qui était encore explosif il n'y a pas si longtemps, a connu l'une des évolutions les plus rapides de l'histoire politique récente.

Selon un sondage mené par le Pew Research Center à la mi-mars, 49 % des Américains sont maintenant d'accord pour permettre aux homosexuels de se marier, alors que 44 % sont contre cette idée. Il y a 10 ans, c'était l'inverse, puisque 58 % étaient contre et 33 % pour.

Actuellement, neuf États et le district de Washington ont légalisé le mariage homosexuel, 12 États reconnaissent l'union civile ou le partenariat domestique entre personnes du même sexe qui peuvent alors bénéficier des mêmes avantages que les couples mariés. La Constitution des 29 autres États interdit aux gais de se marier.

L'administration du président Barack Obama s'est rangée du côté des deux couples californiens au cœur de l'affaire dans la foulée des déclarations de M. Obama en faveur du mariage homosexuel l'an dernier et sur le droit des gais lors de son investiture en janvier.

La Cour suprême devrait rendre son verdict à la fin du mois de juin.

PLUS:rc