Huffpost Canada Quebec qc

Nouveau regard sur la manifestation de Victoriaville en mai dernier

Publication: Mis à jour:
VICTORIAVILLE
Les manifestations ont tourné en émeutes le 4 mai, à Victoriaville. (PC/Jacques Boissinot) | PC

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) sont-ils responsables des blessures graves infligées à trois manifestants lors des événements de Victoriaville en mai dernier? La SQ a toujours soutenu qu'il ne pouvait s'agir de blessures causées par des balles de plastique. Une équipe de l'émission Enquête a mis la version policière à l'épreuve des faits, et en arrive à des conclusions différentes.

La SQ se défend et invoque plusieurs facteurs. « Peu avant 19 h, ce qu'on peut affirmer c'est qu'il y a déjà deux personnes de blessées. À ce moment-là, on n'a pas commencé à utiliser nos armes d'impact. Puis il y a déjà des ambulances sur place », a affirmé le capitaine Jean Finet.

Or, les rapports ambulanciers contredisent la version policière. De plus, en examinant attentivement les images de Radio-Canada avant 19 h, on voit distinctement des policiers pointer leur arme, et l'un d'eux, tirer vers les manifestants.

Les policiers auraient aussi enfreint les règles pour ce type de projectile, et tiré de trop près.

Plusieurs organisations, dont les Nations unies, ont condamné par le passé l'utilisation d'armes d'impact comme moyen de contrôle de foule dans des manifestations. La Sûreté du Québec n'a pas l'intention de commenter, et dit avoir suspendu son enquête interne, le temps que le commissaire à la déontologie policière tire ses conclusions.

Un reportage de Sylvie Fournier d'Enquête

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La manif du 4 mai à Victoriaville
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction