Pas d'accusations contre les hommes impliqués dans l'affaire de la matricule 728

Publication: Mis à jour:
MATRICULE 728
Les trois hommes arrêtés lors de l'intervention impliquant la policière désignée comme la matricule 728. | Radio-Canada.ca

Serge Lavoie, Rudi Ochietti, Simon Pagé et Karen Molina, les quatre personnes arrêtées dans l'affaire impliquant la policière Stéfanie Trudeau, survenue en octobre dernier dans un immeuble d'habitation de l'avenue Papineau, à Montréal, ne seront pas accusées.

Les quatre personnes faisaient l'objet de plaintes de voies de fait contre la policière, d'entrave au travail des policiers et d'intimidation. Mais les accusations, suspendues depuis six mois, ont été abandonnées.

« C'est incroyable. Le sentiment qu'il faut dire merci pour ça. Tout ça pour une bière », a affirmé Serge Lavoie, réagissant à la décision de la Couronne. C'est après avoir vu M. Ochietti, une bière en main sur la voie publique, que la policière a procédé à l'intervention qui a vite dégénéré.

Après la diffusion d'images de cette arrestation par Radio-Canada, la policière, mieux connue par son numéro de matricule, le 728, avait été suspendue par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour la durée d'une enquête interne.

Quelques mois plus tôt, en mai, la policière s'était encore une fois trouvée au coeur d'une controverse après avoir été filmée alors qu'elle poivrait sans préavis un groupe de manifestants étudiants. La vidéo avait fait le tour de la toile. Le SPVM l'avait alors retirée des manifestations, mais sans la suspendre.

L'agente Trudeau a récemment été hospitalisée pour subir une évaluation psychiatrique.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Matricule 728 pour les nuls..
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction