NOUVELLES

Un accident, dit la ligue

26/03/2013 10:42 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT

La ligue de hockey suisse a conclu à un accident. Ronny Keller est aujourd'hui paraplégique, mais elle ne peut pas rendre responsable le joueur qui a poussé son adversaire contre la bande.

Dans ce match de 2e division opposant Olten à Langenthal, disputé le 5 mars, Keller a été poussé par derrière, et n'a pas pu se protéger. En heurtant la bande, sa quatrième vertèbre dorsale a été durement touchée, et il a perdu l'usage de ses jambes. 

La charge de Stefan Schnyder est claire, et l'arbitre l'a pénalisé sur le coup en plus de lui imposer une amende. Mais le comité de discipline de la ligue ne peut pas conclure qu'il est responsable de la paralysie de Ronny Keller. Le juge a décidé de mettre fin à la procédure.

« La faute de Stefan Schnyder n'est pas établie, même si les conséquences sont tragiques et à peine concevables pour Keller », a souligné la Ligue dans un communiqué

Mais la lecture du jugement a de quoi surprendre. 

L'expertise demandée établit que « l'initiateur du contact est Keller qui se trouve à une distance dangereuse de la bande, et non Schnyder. Il est clair que les deux joueurs veulent s'emparer de la rondelle. Schnyder a doublé son adversaire environ à la hauteur de la ligne de buts. Keller freine et il se produit le contact physique que les deux acteurs attendaient, alors que tous deux glissaient encore à ce moment-là. Après cela, Keller met ses patins de travers à la surprise générale. Il perd l'équilibre et est catapulté violemment dans la bande avec Schnyder à la suite de ce contact physique. »

Selon le juge, Schnyder ne pouvait pas savoir dans cette situation que son adversaire était déjà anéanti.

« La phase de collision a été recherchée et déclenchée par Keller, précise-t-on dans le jugement. Il ne peut donc pas être reproché à Schnyder d'avoir voulu sciemment profité d'une situation dangereuse qu'il n'avait pas créée. D'ailleurs, Schnyder n'a mis en échec Keller ni avec le corps ni avec le coude. Il ne l'a pas attaqué de manière non autorisée. Il ne lui a pas non plus fait de croc en jambe », peut-on lire encore dans le communiqué.

PLUS:rc