Huffpost Canada Quebec qc

La maison la plus terrifiante de Montréal est toujours en vente

Publication: Mis à jour:
MAISON VICTORIENNE
Courtoisie

MISE À JOUR: La maison a finalement été vendue en août 2013. Plus de détails ici.

C'est le décor rêvé pour votre prochain party d'Halloween. Une maison victorienne de Montréal datant de 1920, et jamais rénovée, est toujours en vente un an après sa mise en marché. Bonne nouvelle, son prix a été révisé à la baisse.

Située au 6878 sur la rue St-Denis, dans le quartier Rosemont / La Petite-Patrie à Montréal, cette maison s'était fait remarquer par les médias lors de sa mise en vente au printemps dernier.

Construite en 1920, elle n'a tout simplement jamais été rénovée. Même sa décoration est demeurée intacte depuis 1945. La description souligne d'ailleurs que l'endroit est «probablement la première maison victorienne à être construite dans le secteur de la Petite Patrie et sûrement la dernière à être rénovée».

La maison compte 11 pièces, dont 4 chambres, mais une seule salle de bain. Mise en vente en mars 2012 au coût initial de 715 000$, son prix a depuis été réduit à 579 000$. Toutefois, un reportage du journal La Presse l'an dernier soulignait qu'il faudrait investir près de 200 000$ pour retaper l'endroit.

L'agent immobilier responsable de la vente de l'immeuble convient que l'endroit nécessitera une bonne dose d'amour. «Personnellement, je vois deux types d'acheteurs potentiels, dit Marc Asselin, de Profusion Immobilier. Ça pourrait être un investisseur ou quelqu'un qui a les moyens, et le temps, pour retaper l'endroit.»

Consultez les photos ci-dessous et dites-nous dans le sondage qui suit si vous aimeriez habiter cette maison.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

6878 Rue St-Denis, la maison la plus terrifiante de Montréal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Prix : 579 000 $ Type : Maison à étages Ville - Profusion Immobilier

Une vaste maison victorienne face au parc La Fontaine | Simon ...

Maison contemporaine sur fond victorien - Décormag