POLITIQUE

Un gouvernement de gauche n'est pas nécessairement plus dépensier, conclut l'IEDM

26/03/2013 07:13 EDT | Actualisé 26/03/2013 07:14 EDT
Alamy

Concevoir les gouvernements «de gauche» ou «de droite » en termes de dépenses publiques plus ou moins grandes ne reflète pas nécessairement la réalité, indique une note économique publiée mardi par l’Institut économique de Montréal (IEDM).

«Dans les cas que nous avons étudiés, on n’observe aucune relation systématique entre l’idéologie des partis au pouvoir et l’évolution des dépenses publiques sur le PIB. Considérer la gauche plus dépensière et la droite plus austère sur le plan économique ne résiste pas à l’analyse. Il faut donc se méfier des raccourcis trompeurs afin de ne pas teinter son analyse», indique Michel Kelly-Gagnon, le pdg de l’IEDM, dans un communiqué.

La note Qui dépense le plus : gauche ou droite? a été réalisée par M. Kelly-Gagnon et par Vincent Geloso, étudiant au doctorat en histoire économique à la London School of Economics et économiste à l’IEDM.

L’IEDM rappelle notamment qu’aux États-Unis, la taille relative du gouvernement a bondi de 39% sous les républicains (droite) de George W. Bush. De l’autre côté, les gouvernements péquistes (gauche) de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry ont contribué à réduire de 19% en 10 ans la taille de l’État québécois.

«Pour bien comprendre la réalité économique, il faut aller au-delà des clichés idéologiques et du discours officiel des acteurs politiques pour se concentrer plutôt sur les faits et les statistiques», peut-on lire dans la note économique.

L’IEDM s’est penché sur les cas du Québec, du Canada et des États-Unis depuis le début des années 1970.

Consultez la note Qui dépense le plus : gauche ou droite?

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 pays les plus endettés au monde