NOUVELLES

Le projet d'agrandissement de l'Hôtel-Dieu serait abandonné

26/03/2013 06:14 EDT | Actualisé 26/05/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Un hôpital neuf devrait être construit dans le secteur Limoilou à la place du projet d'agrandissement et de rénovation de L'Hôtel-Dieu dans le Vieux-Québec.

La première ministre Pauline Marois a confirmé, mardi midi, devant la Chambre de commerce de Québec qu'une étude de faisabilité sera réalisée pour la construction d'un établissement plus moderne situé juste à côté de l'hôpital de l'Enfant-Jésus.

Les coûts du projet d'agrandissement de L'Hôtel-Dieu qui ont explosé depuis son annonce en 2008et les délais encourus jusqu'ici expliquent ce changement de cap. « Ce que l'on constate actuellement, c'est qu'il s'en va tout droit dans le mur », a affirmé Pauline Marois.

Les coûts, qui étaient évalués à 400 millions de dollars en 2007, dépassent maintenant le milliard de dollars. La construction d'un hôpital au coeur du quartier historique implique plusieurs contraintes patrimoniales qui ont fait gonfler la facture. 

Le gouvernement a demandé au CHU de Québec de déposer un rapport sur la faisabilité du nouveau projet d'ici la fin juin. « L'analyse sera rigoureuse, mais je veux qu'elle soit brève et elle le sera », a mentionné Mme Marois.

« Le conseil d'administration du CHU de Québec a eu le courage de statuer qu'il faudrait prendre un moment de réflexion. Je salue son courage et nous allons l'appuyer », a commenté le ministre de la Santé, Réjean Hébert, en soulignant que la fusion entre l'Enfant-Jésus et le CHU de Québec l'été dernier n'est pas étrangère au nouveau projet. « Je pense que cette fusion a amené une nouvelle réflexion, une nouvelle façon de voir les services à la population », note-t-il.

Selon le ministre Hébert, les dépenses déjà encourues dans le projet d'agrandissement de L'Hôtel-Dieu pourront servir au nouvel hôpital. « Les plans fonctionnels et techniques déjà réalisés peuvent être utilisés, peu importe que ce soit à L'Hôtel-Dieu ou sur le site de L'Enfant-Jésus. Les travaux que les architectes ont fait en collaboration avec les cliniciens sont réutilisables » assure-t-il.

Selon le CHU, un montant de 50 millions de dollars a été dépensé jusqu'ici dans le projet.

L'Hôtel-Dieu de Québec, qui est le plus vieil hôpital en Amérique du Nord, conserva sa vocation médicale après la construction du nouvel hôpital. Le gouvernement souhaite qu'on y dispense des soins de proximité pour les résidents du Vieux-Québec. Il étudie aussi la possibilité d'y installer environ un millier de fonctionnaires du milieu de la santé. Les employés de la Santé publique, par exemple, pourraient y déménager.

Une décision précipitée ?

Le nouveau chef du parti libéral et ex-ministre de la Santé, Philippe Couillard, craint que le gouvernement Marois ait pris une décision trop rapide. « C'est une décision qui m'apparaît précipitée, à la limite de l'improvisation. Ces décisions avaient été prises chaque fois avec une consultation étroite qui liait le milieu médical et les conseils d'administration d'établissement », a souligné Philippe Couillard, défendant ainsi les décisions de l'ancien gouvernement libéral dont il a fait partie.

De son côté, le député caquiste Éric Caire, qui s'était opposé au projet d'agrandissement de l'hôpital du Vieux-Québec, s'inquiète des millions de dollars déjà investis qui pourraient être perdus, selon lui. « Il faut que ceux qui ont pris cette mauvaise décision, je pense à Agnès Maltais et Philippe Couillard, en assument la responsabilité. Il y aura semble-t-il une perte de 70 millions $ parce qu'on s'est entêté dans un mauvais projet. Tout ce qui arrive présentement a été dit, répété et argumenté à l'époque », dénonce 

Il y a un mois, un groupe de 115 médecins de la région avait demandé au gouvernement d'arrêter les travaux de L'Hôtel-Dieu pour privilégier un autre site, plus accessible notamment.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois