NOUVELLES

Poussière rouge : le ministère de l'Environnement mis en demeure

25/03/2013 07:36 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Arrimage Québec exige du ministère de l'Environnement qu'il rassure la population quant à l'épisode de poussière rouge survenu en octobre dernier dans le quartier Limoilou. L'entreprise a envoyé une mise en demeure au ministère, lui demandant de rendre publics les résultats de ses analyses.

Arrimage Québec menace le gouvernement de poursuite s'il persiste dans son mutisme. L'entreprise dit subir quotidiennement des préjudices découlant de cet événement. Sa porte-parole, Johanne Lapointe, note que le ministère de l'Environnement agit habituellement beaucoup plus vite.

« Le ministère, dans d'autres événements, a procédé très rapidement alors que dans le cas du 26 octobre, ils ont les résultats depuis très longtemps et ils n'ont jamais déclaré publiquement que cet événement-là était un événement qui était malheureux, mais qui était sans danger pour la santé », affirme-t-elle.

« Ce qu'on demande nous, c'est que le ministère de l'Environnement rassure la population et confirme que l'événement de poussière rouge d'octobre dernier n'était pas un événement qui était dangereux pour la santé. Nous, on l'a dit, mais on aimerait que les différentes autorités fassent de même », ajoute Mme Lapointe.

Arrimage Québec fait savoir que tous les échantillons de poussière rouge prélevés par le ministère de l'Environnement montrent qu'il s'agit d'oxyde de fer, une substance sans danger pour la santé.

La mise en demeure d'Arrimage Québec à l'endroit du ministère de l'Environnement survient au moment où l'entreprise a invité dimanche des représentants de la Ville, de la Santé publique, du Port de Québec et du ministère de l'Environnement afin qu'ils assistent au déchargement d'une cargaison de nickel dans le Port de Québec.