NOUVELLES

Casse-Cité: recycler n'aura jamais autant défoulé!

26/03/2013 05:46 EDT | Actualisé 26/03/2013 10:06 EDT
Casse-Cité

Premier du genre en Amérique, Casse-Cité est un service de casse organisée et structurée qui permet aux gens d’évacuer le stress accumulé ou de se divertir en détruisant des objets à grands coups d’outils divers. Créée à Montréal en janvier 2013, la toute jeune entreprise a mis plusieurs années à prendre forme, à partir des racines nippones qui l’ont inspirée. «L’idée m’est venue en 2005 en regardant une vidéo montrant des employés japonais allant détruire des objets après leur journée de travail, explique Graig William, président et fondateur de Casse-Cité. Le concept m’a aussitôt séduit et j’ai depuis planché sur ce projet.»

Selon le forfait choisi, le client en mal d’émotion pourra opter pour la projection de petits objets sur un mur de métal, faire voler en éclats des articles de taille moyenne à l’aide de marteaux, pied-de-biche et autres maillets, ou encore la destruction d’articles de taille importante avec battes de baseball et masses de construction.

Meubles, électroménagers, articles de bureau et matériaux de construction figureront parmi les victimes potentielles des clients. Le tout se fait dans un environnement sécuritaire, équipé d’un casque, d’une combinaison de travail et de gants. Tous les objets qui peuvent représenter un risque de santé (gaz contenu dans les écrans plasma, batteries, etc.) sont traités avant de se retrouver sous les mains avides de purge cathartique.

Si l’aspect défouloir et divertissant des services proposés par Casse-Cité sont mis en avant, les enjeux écologiques n’en sont pas oubliés pour autant. Tous les articles destinés à être détruits sont en fin de cycle de vie utile, avec défauts de fabrication ou ne sont tout simplement plus fonctionnels. «Les objets proviennent de plusieurs sources, explique Graig William. Ils sont fournis par plusieurs organismes de collecte qui récupèrent des meubles abandonnés, par des dons ou lors de saisies légales où les objets doivent être détruits.» Une fois les articles détruits, ils sont triés et destinés au recyclage ou aux écocentres de la ville de Montréal.

Le concept Casse-Cité vient d'être introduit au Québec, mais le succès semble éjà au rendez-vous. «La plupart de nos clients, tant hommes que femmes, ont de 18 à 35 ans, précise Graig William. On retrouve beaucoup d’étudiants ou de travailleurs soumis au stress de performance et qui ont besoin d’évacuer cette pression. Tout au long de notre vie, on nous apprend à faire attention à ne rien briser. Le cadre que nous proposons balaie complètement ce code social et permet d’observer des réactions parfois extraordinaires. J’ai déjà vu des personnes menues et timides se transformer une fois les outils en main, pour en ressortir épuisées mais soulagées. Beaucoup reviennent nous voir en emmenant leurs proches.»

Dévaster à coups de masse ce vieux frigo qui irritait l’oreille? Il semblerait que le recyclage prenne un nouveau visage en 2013.

INOLTRE SU HUFFPOST

5 nouveaux usages pour recycler...