MONTRÉAL - La première femme à remporter le prestigieux concours de «Meilleur Sommelier du Monde» pourrait bien être Québécoise.

Selon le sommelier François Chartier, la Québécoise Véronique Rivest détient de réelles chances de se rendre en finale de la compétition qui se déroulera à Tokyo, au Japon, à partir de mardi.

Et une fois dans le peloton de tête, tous les espoirs sont permis pour celle qui détient le titre de Meilleur Sommelier des Amériques en 2012.

«Si jamais elle se rend là, ce sera la première fois de l'histoire de la sommellerie qu'il y aura une femme dans les finalistes, avance M. Chartier. Et si jamais elle gagne, ce sera la première fois de l'histoire de la sommellerie qu'une femme devient meilleure sommelière du monde.»

«J'en parle et j'en ai des frissons», lance-t-il.

François Chartier a lui-même gravi la troisième marche du podium en 1995, à l'issue du célèbre concours. Un moment inoubliable, dit-il, qui a donné un élan inestimable à sa carrière.

«C'est comme une médaille d'or olympique, estime-t-il. Ça vaut de l'or, mais ça vaut surtout ce que tu vas en faire.»

En plus d'avoir mis la main sur le plus haut titre en sommellerie du continent l'an dernier, Véronique Rivest a également remporté la palme de «Meilleur Sommelier du Canada» en 2006 et 2012.

«[Véronique] est sur une lancée, dit M. Chartier. Elle fait ce qu'il faut, elle étudie très très fort, elle est une dégustatrice hors pair et elle a les connaissances encyclopédiques qu'il faut.»

Une succession de tests écrits, de dégustations à l'aveugle et d'épreuves de services serviront à départager les concurrents.

Ceux-ci seront évalués non seulement sur leurs connaissances sur les vins, mais également sur les eaux minérales, les thés, les cafés et les sakés, notamment.

Près de 60 candidats s'affronteront mardi au cours des quarts de finale. Le lendemain, 12 demi-finalistes tenteront de se tailler une place en finale. Celle-ci se déroulera au troisième jour de la compétition, devant quelque 5000 personnes.

Tout au long du concours, François Chartier réalisera des capsules vidéo sur le parcours de Véronique Rivest.

Ces vidéos seront publiées sur le site Internet de la Société des alcools du Québec, qui commandite la participation de la Québécoise au concours.

Loading Slideshow...
  • Montrachet 1978, 24 000 $

  • Chateau Lafite 1865, 27 000 $

  • Royal DeMaria, 30 000 $

  • Massandra 1775, 43 500 $

  • 1945 Chateau Mouton-Rothschild, 47 000 $

  • Romanée Conti 1945, 123 900 $

  • Chateau Lafite 1787, 160 000 $

  • Château Lafite 1869, 233 972 $

  • Château Cheval Blanc 1947, 304 375 $

  • Heidsieck 1907, 275 000 $