BIEN-ÊTRE

Enchères: la bague de fiançailles de Joséphine vendue près de 900.000 euros

24/03/2013 06:55 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT

La bague de fiançailles offerte en 1796 par Napoléon Bonaparte à Joséphine de Beauharnais s'est vendue dimanche 896.400 euros lors d'une grande vente aux enchères organisée par la maison Osenat, sur le thème de "l'Empire à Fontainebleau".

D'un diamètre de 18 mm, cette bague en or ornée d'un diamant et d'un saphir taillés en poire, disposés "en toi et moi" était estimée (hors frais) entre 8.000 et 12.000 euros.

"A l'époque, Bonaparte a très peu d'argent. La bague est d'une simplicité à toute épreuve", dit Jean-Christophe Chataignier, directeur du département souvenirs historiques chez Osenat.

Le 24 février 1796, Bonaparte annonce ses fiançailles avec Joséphine, veuve d'Alexandre de Beauharnais. Il l'épouse civilement le 9 mars, juste avant de prendre le commandement de la campagne d'Italie.

Le bijou provient de la collection du prince Victor Napoléon (1862-1926), petit-fils de deux rois. Il a eu pour grands-pères le dernier frère de Napoléon, Jérôme, roi de Westphalie, et Victor-Emmanuel II, roi d'Italie. C'est lui qui a hérité d'une grande partie des souvenirs familiaux liés à Napoléon, précise M. Chataignier.

Autre pièce importante de la vente, un portrait en pied du duc de Reichstadt, le fils de Napoléon 1er et de Marie-Louise, à l'âge de douze ans.

Il est vêtu d'un uniforme blanc du 1er régiment d'infanterie impériale autrichienne que lui avait offert son grand-père maternel pour son anniversaire. L'Empereur autrichien François 1er avait commandé en 1823 le portrait de son petit-fils au peintre Peter Krafft.

Le tableau a trouvé preneur à 435.600 euros, soit le double environ de son estimation.

Osenat a également mis aux enchères une belle épée de Jean d'Harambure, dit Le Borgne (1553-1630), offerte par le roi de France Henri IV à ce seigneur qui lui avait sauvé la vie par sa bravoure au combat lors du siège de Rouen en 1592.

Cette monture d'épée, en argent ciselé, est ornée de tritons et de sirènes. La lame a été changée mais date aussi du XVIè siècle.

Evaluée entre 30.000 et 40.000 euros, la pièce, mise en vente par des descendants de la famille d'Harambure, est partie à 156.250 euros.