INTERNATIONAL

Chypre se tourne vers l'Union européenne afin d'assurer la réalisation d'un plan de sauvetage international

24/03/2013 05:17 EDT | Actualisé 24/05/2013 05:12 EDT
AFP

BRUXELLES - Le président du parlement chypriote a admis, lundi, que l'entente qui permettra à son pays d'obtenir un plan de sauvetage de 10 milliards d'euros est «douloureux» et que cela représente une défaite de la solidarité européenne.

Yiannakis Omirou a ajouté que Chypre doit maintenant s'attaquer, de toute urgence, à la réforme de son économie pour se sortir au plus tôt de ce plan de sauvetage.

L'entente conclue à Bruxelles en début de journée lundi permet à Chypre d'éviter à une implosion financière qui aurait pu la contraindre à abandonner de l'euro et provoquer des troubles au sein de l'union monétaire qui réunit plus de 300 millions d'habitants.

L'entente de principe intervenue entre Chypre, le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne a été approuvée par les ministres des Finances des 17 nations de la zone euro, qui se rencontraient dans le même bâtiment de Bruxelles.

«Nous n'avons pas remporté la bataille, mais nous avons vraiment évité une sortie désastreuse de la zone euro», a dit le ministre chypriote des Finances, Michalis Sarris.

En vertu de l'entente de dernière minute, la deuxième plus importante banque de Chypre, Laiki, sera restructurée et les détenteurs de comptes de plus de 100 000 euros devront encaisser des pertes. La banque sera dissoute immédiatement tandis que les dépôts garantis seront transférés vers la Banque de Chypre, la plus grande du pays.

Les dépôts de plus de 100 000 euros à la Banque de Chypre seront gelés en attendant qu'on statue sur leur sort. L'argent contenu dans ces comptes sera éventuellement transformé en actions de la banque.

Cette taxe bancaire devrait permettre d'amasser plusieurs milliards d'euros, bien que le taux d'imposition n'ait pas été précisé. Puiser dans les poches des épargnants réduira d'autant le montant nécessaire pour le sauvetage financier. Les ministres des Finances de la zone euro s'attendent à voir l'opération générer un montant de 4,2 milliards d'euros, tandis que certains analystes croient que les épargnants perdront jusqu'à 40 pour cent de leurs fonds.

Le premier ministre russe a vertement critiqué cette entente, estimant qu'il s'agit d'un vol. Les citoyens russes détiennent jusqu'à 20 milliards d'euros dans des compte chypriotes.

Les banques chypriotes devraient rouvrir leurs portes mardi, après avoir été fermées pendant plus d'une semaine. Les épargnants pouvaient toujours retirer des fonds aux guichets automatiques, mais une limite de 100 euros par retrait avait été imposée et plusieurs machines ont fini par manquer d'argent.

La Banque centrale européenne avait menacé de cesser d'offrir des fonds d'urgence aux banques du pays dès mardi si aucune solution n'était trouvée pour récupérer la somme nécessaire.

En vertu de l'accord, tous les dépôts de moins de 100 000 euros seront garantis par l'État. Un précédent plan imposait une taxe à tous les déposants.

Les créditeurs internationaux de Chypre, dont le FMI, cherchaient à obtenir une restructuration plus en profondeur du système financier disproportionné de l'île, qui vaut jusqu'à huit fois le PIB national (18 milliards d'euros). Ils affirment que le modèle d'affaires du pays consistant à attirer des investisseurs étrangers, dont plusieurs Russes, avec de faibles taxes et peu de normes financières, s'est retourné contre Chypre et doit être modifié.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 pays les plus endettés au monde