NOUVELLES

Grèce : 11 détenus s'évadent d'une prison à la suite d'une attaque

23/03/2013 08:45 EDT | Actualisé 23/05/2013 05:12 EDT

Au moins 11 détenus ont pris la clé des champs après qu'une prison en Grèce eut été attaquée par des hommes armés de grenades et de fusils automatiques.

Leur irruption a provoqué un siège qui a duré une nuit entière, à l'issue duquel deux gardiens de prison ont été blessés.

Deux évadés ont depuis été retrouvés, a déclaré un policier sous le couvert de l'anonymat. Les individus, qui seraient d'origine albanaise, se terraient dans une église située non loin du pénitencier, a ajouté l'agent. La police a plus tard confirmé l'arrestation d'un troisième évadé, dans un village situé non loin de la prison.

L'attaque s'est produite près de la ville de Trikala, dans le centre de la Grèce, à environ 320 kilomètres au nord-ouest d'Athènes. Environ six hommes armés qui prenaient place à bord de deux camionnettes ont lancé l'assaut, selon les responsables carcéraux.

L'échange de coups de feu a duré plus de 30 minutes, et l'endroit a fini par se transformer en véritable « champ de bataille », a déclaré le ministère de la Justice, précisant que deux gardiens de prison ont été blessés à l'abdomen lors des affrontements.

Les autorités du centre de détention enquêtent sur des allégations voulant que des coups de feu aient également retenti à l'intérieur des murs. L'attaque a débuté vendredi vers 20 h 30, heure locale. Un véhicule de patrouille a alors été ciblé par des tirs.

« C'était comme une guerre. Il y avait tellement de coups de feu », a résumé le conseiller municipal de Trikala, Costas Tassios, qui habite le village de Krinitsa, situé non loin de la prison.

Les prisonniers ont utilisé des cordes et des draps noués afin de descendre le long du mur d'une tour de contrôle qui avait été assaillie. Ils ont ensuite dû franchir deux clôtures périphériques surmontées de fils barbelés avant de pouvoir crier victoire.

Il ne s'agit pas du premier événement du genre à survenir en Grèce, où les prisons font face à de graves problèmes de surpopulation et à des pénuries de personnel. Le fait que le pays est confronté aux contrecoups de la crise financière et économique de 2008 n'est pas étranger à cet état de fait.


Associated Press

PLUS:rc