POLITIQUE

Financement illégal : la CAQ promet de rembourser s'il y a « vice caché »

23/03/2013 05:16 EDT | Actualisé 23/05/2013 05:12 EDT
Courtoisie

Le député de la Coalition avenir Québec Jacques Duchesneau promet que son parti collaborera avec le directeur général des élections du Québec (DGE), qui a prévenu les partis politiques municipaux et provinciaux vendredi qu'ils pourraient devoir rembourser des dons perçus grâce à des prête-noms.

En marge du premier conseil général de la CAQ, qui se déroule cette fin de semaine, à Boucherville en Montérégie, Jacques Duchesneau reconnaît que la CAQ est responsable des dons perçus par le passé par l'ADQ « d'un point de vue légal », même si elle ne l'est pas « d'un point de vue moral ».

« C'est un peu comme si vous achetez une maison et il y a un vice caché. Vous l'assumez. » — Jacques Duchesneau

La veille, le DGE avait déclaré que la CAQ, en fusionnant avec l'ADQ, était devenue responsable de tout financement illégalement perçu par la défunte formation politique.

Aussitôt après la publication du communiqué du DGE qui annonçait lancé cette avertissement en lien avec des déclarations faites à la commission Charbonneau, le PLQ, le PQ et la CAQ ont indiqué qu'ils étaient prêts à collaborer avec le directeur général des élections. Les partis provinciaux soutiennent tous qu'ils n'ont jamais fait ou sollicité de financement illégal, mais que ce sont plutôt des individus qui ont fait des dons illégaux.

Lors du congrès, samedi, la formation politique menée par François Legault a discuté de ses orientations, principalement en matière d'économie. Dans son allocution d'ouverture, le chef caquiste François Legault a notamment parlé de la vallée du Saint-Laurent, qu'il souhaite convertir en Sillicon Valley québécoise.

INOLTRE SU HUFFPOST

La carrière de François Legault