NOUVELLES

Des professionnelles de la santé dénoncent le gaspillage

21/03/2013 01:22 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Quelques centaines de déléguées de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ont manifesté jeudi avant-midi devant l'Hôpital général de Montréal afin de dénoncer la mauvaise gestion et le gaspillage de fonds publics dans le réseau de la santé.

Les syndiquées disent être exaspérées de subir chaque jour les conséquences des mauvaises décisions des employeurs. Elles déplorent les heures supplémentaires et le fait de toujours devoir en faire plus avec moins, ainsi que l'embauche de personnel provenant d'agences privées et la sous-traitance du rôle des gestionnaires à des firmes privées.

« Dans plusieurs établissements de santé, il y a une très mauvaise gestion qui est faite. Exemple : il y a encore beaucoup d'agences de placement privées qui coûtent beaucoup plus cher aux citoyens et qui ne sont pas une garantie de plus dans la qualité des soins. On a aussi toutes les firmes de soi-disant experts en dispensation des soins, où on paie des sommes faramineuses », déclare la présidente de la FIQ, Régine Laurent.

Elle indique également que le choix de l'Hôpital général de Montréal, qui fait partie du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), n'est pas un hasard.

« Alors que le CUSM fait les manchettes pour des allégations de fraude dans le projet de construction, l'employeur souhaite procéder à des compressions budgétaires de l'ordre de 50 millions, et ce, en absence de toute transparence. Est-ce que les infirmières, les infirmières auxiliaires et les inhalothérapeutes feront les frais de ces compressions? Est-ce que les services à la population seront affectés? Plusieurs questions qui demeurent, pour le moment, sans réponse », dit-elle.

Le syndicat explique que cette manifestation est le coup d'envoi d'une série d'actions qui vont se dérouler dans les prochaines semaines.

La FIQ représente plus de 62 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires oeuvrant dans les établissements publics québécois.

PLUS:rc