NOUVELLES

Chypre a quatre jours pour trouver un nouveau plan de sauvetage

21/03/2013 07:04 EDT | Actualisé 21/05/2013 05:12 EDT

Les politiciens chypriotes ont quatre jours pour s'entendre sur un nouveau plan afin de récolter l'argent dont le pays a besoin pour être admissible à un plan de sauvetage international. Ils excluent désormais de recourir à une taxe sur les dépôts bancaires.

La Banque centrale européenne (BCE) a prévenu qu'elle coupera les vivres aux banques du pays au début de la semaine prochaine, si aucun accord ne survient.

Confronté à cet ultimatum, le gouvernement chypriote tentait jeudi de générer des appuis pour sa nouvelle proposition, dans l'espoir d'en venir à une solution qui plaira autant au Parlement du pays qu'à d'éventuels créanciers internationaux.

Le Parlement a rejeté le plan précédent, qui proposait de taxer une partie des épargnes bancaires des habitants de l'île. Ces saisies pouvaient atteindre jusqu'à 10 % des épargnes.

Le « plan B » prévoit une taxe sur l'épargne moins importante, de manière à ménager les petits épargnants, ainsi qu'une restructuration des banques du pays. Des fonds seraient aussi récoltés auprès des régimes de retraite et des filiales de banques étrangères actives à Chypre.

Les dirigeants chypriotes ont d'ailleurs exclu jeudi de recourir à une taxe sur les dépôts bancaires dans le cadre de ce nouveau plan, a indiqué le président du Parlement, Yiannakis Omirou, à l'issue d'une réunion.

Par ailleurs, Chypre va créer un fonds de solidarité, formé d'actifs publics, qui servirait de garantie pour un emprunt d'urgence.

Chypre doit trouver 5,8 milliards d'euros (7,7 milliards de dollars) pour obtenir une aide d'urgence de 10 milliards d'euros (13,2 milliards de dollars) de la part de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international.

La Russie devrait aussi s'impliquer, mais sa participation sera plus modeste que prévu, ont indiqué des responsables chypriotes. Les épargnants russes détiendraient environ le tiers des 68 milliards d'euros (90,4 milliards de dollars) qui se trouvent dans les comptes chypriotes.

Le ministre des Finances de Chypre, Michalis Sarris, est à Moscou depuis mardi. Il devait de nouveau rencontrer jeudi son homologue russe, Anton Siluanov.

Les banques du pays demeurent fermées pour empêcher les épargnants de vider leurs comptes bancaires. Le gouverneur adjoint de la banque centrale de Chypre a indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise quant à leur réouverture.

 

PLUS:rc