NOUVELLES

Réduction des vérifications pour les peines dans la communauté

20/03/2013 11:27 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Les visites-surprises au domicile des personnes condamnées à des peines dans la communauté ont été réduites de moitié depuis janvier, et ce, à la demande de la direction des services correctionnels du Québec.

Une note interne provenant de la sous-ministre à la direction des services correctionnels, et dont Radio-Canada a obtenu copie, demande de « réduire de moitié le nombre de visites à domicile réalisées par les agents vérificateurs ».

De plus, la note de service précise que les vérifications se limitent désormais à « une visite mensuelle pour les sursitaires assignés à domicile et une visite aux deux mois pour ceux qui ont des couvre-feux ».

Ces visites-surprises, qui servent à vérifier si les personnes condamnées à des peines avec sursis respectent leurs conditions, qui prévoient soit un couvre-feu, soit une assignation à résidence 24 heures sur 24.

Cette réduction des visites s'ajoute à une mesure en place depuis un an et qui empêche les agents correctionnels d'entrer à l'intérieur des résidences. Ils doivent se contenter de communiquer par téléphone avec la personne assignée à domicile, en lui demandant d'allumer et d'éteindre ses lumières pour confirmer leur présence à l'agent demeuré à l'extérieur.

Selon le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ), ces directives sont totalement insuffisantes pour assurer une vérification adéquate.

Avocat-criminaliste, Me Jean-Marc Fradette estime que ces mesures risquent d'avoir un impact sur la possibilité pour ses clients d'obtenir des peines dans la collectivité.

Ils sont environ 3000 criminels en ce moment au Québec à avoir évité les murs de la prison. En février dernier, 3146 visites à domicile étaient prévues partout au Québec et les agents en ont effectué 1584, soit 50 %.

PLUS:rc