NOUVELLES

Un ex-organisateur de l'ancien maire Doré dit avoir recouru au financement illégal

20/03/2013 03:43 EDT | Actualisé 19/05/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

Un ancien organisateur du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), le parti de l'ex-maire de Montréal, Jean Doré, affirme avoir amassé des dizaines de milliers de dollars illégalement lors de l'élection de 1986. M. Doré soutient n'avoir jamais été mis au courant de ce financement illégal.

Il y a un mois, Jean Doré affirmait avoir dit non à une tentative de corruption, juste avant de devenir maire de Montréal en 1986. « Dès que tu as accepté la première enveloppe, tu es l'objet de chantage. Et ils se passent le mot. Une fois que tu mets le doigt dans l'engrenage, tu y passes au grand complet. Et c'est bien difficile d'en sortir sans être abîmé », racontait-il.

Si l'ex-maire Doré affirme avoir dit non à la corruption, son parti, le RCM, aurait amassé de l'argent illégalement lors de l'élection de 1986, selon Benoît Bilodeau, qui a agi comme organisateur au sein de la formation municipale. « C'est clair que c'était des entreprises. On me donnait des adresses », affirme l'ancien coursier.

Prête-noms et imitation de signatures

Benoît Bilodeau dit avoir récolté pour le RCM des dizaines de chèques dans des entreprises. « On était entre 300 à 350 000 $ », chiffre-t-il.

Cet argent aurait été remis au parti par des entreprises qui auraient utilisé des prête-noms, ce qui est illégal.

Selon Benoît Bilodeau, le RCM aurait reproduit les signatures de donateurs pour les inscrire sur la liste officielle. « N'ayant pas la personne devant nous, il est arrivé ce qui devait arriver, de l'imitation de signature sur ces formulaires pour rendre la chose légitime, légale », dit-il.

Le salaire de M. Bilodeau a aussi été payé par une entreprise, selon ses dires : « Je peux vous garantir que j'ai été payé par un bureau d'architecte du Vieux-Montréal ». À la question de savoir combien il a reçu, Benoît Bilodeau répond qu'on lui a versé 5000 $ pour la campagne.

Benoît Bilodeau a été embauché par Michel Petit, un organisateur du RCM. « Je ne peux pas vous dire qu'on a contourné la loi électorale, affirme Michel Petit. Il se peut que des gens aient demandé à leur employé de faire ça. Il se peut. »

Jean Doré sidéré

L'ex-maire Doré est furieux d'apprendre que son ex-parti ait pu se financer illégalement : « Si votre source dit vrai, dit Jean Doré, c'est clairement hors de ma connaissance et contraire à toutes les directives que j'ai pu donner. Je suis littéralement sidéré d'apprendre ça. »

Selon Benoît Bilodeau, le RCM connaissait l'existence du financement illégal. L'ex-maire Doré maintient qu'aucune entreprise n'a financé son ex-parti ou n'a obtenu de contrats en échange d'argent.

Un reportage de Christian Latreille