NOUVELLES

La justice algérienne enquêterait sur un contrat obtenu par SNC-Lavalin

20/03/2013 02:09 EDT | Actualisé 19/05/2013 05:12 EDT

Le quotidien algérien El Watan rapporte dans son édition de mercredi que la justice algérienne se penche sur le contrat de la construction de la centrale électrique de Hadjret Ennous, près d'Alger, obtenu par SNC-Lavalin en 2005.

Selon la journaliste Salima Tlemçani, réputée proche des services de sécurité algériens, qui cite des sources qu'elle ne nomme pas, ce contrat de 826 millions de dollars aurait été obtenu par la firme québécoise grâce à Farid Bedjaoui, déjà cité dans d'autres affaires qui font grand bruit en Algérie.

El Watan indique également que l'ex-ministre de l'Énergie Chakib Khelil, cité lui aussi dans d'autres affaires de corruption, « aurait facilité la transaction » au terme des négociations menées par Farid Bedjaoui avec SNC-Lavalin.

Le PDG de Sonelgaz, l'entreprise nationale qui a octroyé le contrat, avait nié il y a quelques semaines toute malversation ou corruption dans l'octroi de ce marché.

Le quotidien rappelle que l'ex-ministre aurait attribué de gré à gré un contrat pour la construction de la ville de Hassi Messaoud, dans le sud, pour un montant de près de quatre milliards de dollars.

Farid Bedjaoui, qui a une résidence à Montréal, est, selon le journal, associé à Khaldoun Khelil, fils de l'ex-ministre algérien de l'Énergie. Les deux hommes géreraient des actifs de huit milliards de dollars au Moyen-Orient et en Asie.

PLUS:rc