Radio-Canada: démission de Liza Frulla du Club des Ex à RDI et du Téléjournal (TWITTER)

Publication: Mis à jour:
LIZA FRULLA
Agence QMI

Michel Cormier, directeur général de l’information de Radio-Canada, a annoncé vendredi qu’il a accepté la démission de Liza Frulla comme panéliste politique à Radio-Canada, dans le cadre du Club des Ex à RDI et du débat hebdomadaire au Téléjournal du jeudi soir.

«Liza Frulla a pris cette décision difficile parce que l’entreprise de son conjoint, André Morrow Communications, a été citée par un témoin de la Commission Charbonneau hier», a dit M. Cormier.

Liza Frulla a ajouté : « Le mandat de panéliste politique, notamment dans une émission comme le Club des Ex, implique qu’on puisse commenter librement et spontanément les développements de l’actualité brûlante. Par respect pour le public et pour mes collègues avec qui j’ai passé de si bons moments, il est préférable pour l’instant de me retirer. »

Jeudi, à la Commission Charbonneau, un cadre de SNC-Lavalin a révélé que 75 000 $ ont été payés à la firme de communications Morrow, dirigé par André Morrow, le conjoint de Mme Frulla.

Selon Yves Cadotte, de SNC-Lavalin, il s'agissait d'une « fausse facture » envoyée à Pierre Anctil de SNC-Lavalin, pour des services qui avaient en fait été rendus à Union Montréal.

La commission a déposé cette facture en preuve. Elle s'élevait à plus de 86 000 $, en incluant les taxes. Yves Cadotte dira que Morrow avait pu rendre quelques services à SNC-Lavalin, mais certainement pas pour la somme requise. La facture a été acquittée à partir d'un compte de frais généraux de la firme.

Suite du texte sous les réactions

Close
Liza Frulla quitte Radio-Canada
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Plus tôt cette année, Mme Frulla avait créé le malaise au Club des Ex de RDI en commentant une histoire concernant l'attribution de contrats à la firme de son mari par la Ville de Montréal.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, avait réclamé une enquête sur les contrats octroyés par la Ville de Montréal aux entreprises Octane et Morrow Communications. Ces deux entreprises ont travaillé avec le parti Union Montréal de l'ancien maire Gérald Tremblay.

Selon les documents qu'a obtenus M. Bergeron, des contrats de plus de 2 millions de dollars ont été attribués à Octane entre 2006 et 2011. Pour la même période, Morrow Communications a obtenu des contrats de 400 000 $.

M. Bergeron a indiqué qu'il allait transmettre les documents à l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Il a aussi réclamé une enquête par le service du contrôleur de la Ville ou celui du vérificateur général.

Morrow Communications avait affirmé dans un communiqué que les faits rapportés par M. Bergeron étaient « erronés ».

Liza Frulla a été élue pour la première fois comme députée libérale provinciale dans la circonscription Marguerite-Bourgeoys en 1989 et a été réélue dans cette même circonscription en 1994. Entre 1990 et 1998, elle a été à la tête de différents ministères: Communications, Affaires culturelles, Culture, Culture et des Communications.

Après un passage à la télévision de Radio-Canada de 1998 à 2002, elle effectue un retour dans le monde politique, sur la scène fédérale cette fois. Élue députée du Parti libéral du Canada en 2002 (Verdun-Saint-Henri-Saint-Paul-Pointe-Saint-Charles) et de nouveau élue dans Jeanne-Leber en 2004. Défaite en 2006, elle aura occupé les postes de ministre du Développement social et de ministre du Patrimoine Canadien.

En début de carrière, elle avait oeuvré au sein du Comité organisateur des Jeux olympiques (1974-1976), agi comme reporter sportif et travaillé pour plusieurs agences de publicité. Elle occupa par la suite le poste de directrice des marques, du marketing et des communications à la Brasserie Labatt (1982-1987) avant de devenir vice-présidente et directrice générale de la station radio CKAC (1988-1989).

Celle qui aura 64 ans à la fin du mois a également été impliquée dans nombre de conseils d'administration et de fondations.

Michel Cormier a remercié Liza Frulla dans un communiqué : « La passion avec laquelle Liza Frulla défend ses opinions en faisant appel à son expérience à la tête de ministères importants à Québec et à Ottawa a constitué un atout précieux pour Radio-Canada et RDI. Ces qualités ont contribué à faire du Club des Ex l’émission par excellence des débats politiques. Comme pour le public, sa présence quotidienne va nous manquer, mais nous comprenons et acceptons les motifs de sa décision. »

Liza Frulla et Radio-Canada ne formuleront aucun autre commentaire.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
La commission Charbonneau en bref
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction