BIEN-ÊTRE

Danser le tango à Buenos Aires

05/03/2013 02:51 EST | Actualisé 05/05/2013 05:12 EDT
AP
FILE - In this Aug. 20, 2012 file photo, a couple rehearses before competing at the Tango Dance World Cup 2012, salon category, in Buenos Aires, Argentina. (AP Photo/Natacha Pisarenko, File)

Buenos Aires est un lieu mythique pour les danseurs de tango. Cet hiver, lors de mon passage dans la capitale argentine, j'ai rencontré Réal Cloutier et Francine Thériault, deux danseurs connus de la scène montréalaise et qui dansent depuis une quinzaine d'années. Ils en étaient à leur troisième voyage dans cette Mecque du tango. Ils ont bien voulu partager avec moi leurs meilleures adresses :

Quels sont vos endroits préférés pour danser le tango à Buenos Aires?

Il y en a plusieurs. Bien que nous ne les ayons pas tous essayés, nos préférés sont le Club Gricel, la Villa Malcolm et la Milonga 10. On a aussi beaucoup aimé La Viruta et Salon Canning. Comme les organisateurs des milongas [NDLR: soirées où l'on danse le tango] varient presque chaque soir de la semaine, on y va quelques fois pour trouver les soirées qui nous plaisent le plus. Il y en a aussi pour différents publics comme le El Beso pour les célibataires ou encore la Milonga Queer ouverte tant aux couples hétérosexuels qu'homosexuels. Pour se tenir à jour, on consulte le guide des milongas et cours distribué gratuitement dans les hôtels, les écoles de tango et les milongas.

Des incontournables ou des endroits mythiques où aller danser?

Il y a des salles chargées d'histoire, mais ce sont rarement les meilleurs endroits où danser. Parmi les plus célèbres, la Confiteria Ideal, mais aussi Sunderland et Salon Canning qui ont vu évoluer plusieurs des meilleurs danseurs de l'époque.

Des endroits où les danseurs débutants peuvent prendre de l'expérience?

La plupart des salles de tango offrent des cours avant le début de la milonga. C'est une bonne façon d'apprendre, mais aussi de faire la connaissance d'au moins un partenaire avec qui on pourra danser pendant la soirée une fois le cours terminé. Il y a aussi les milongas Queer où les hommes et les femmes peuvent danser en couple mixte ou de deux hommes ou deux femmes. Ces soirées sont beaucoup plus décontractées, avec des codes beaucoup moins stricts.

Qu'est-ce qui distingue les milongas de Buenos Aires de celles d'ici?

Le code pour inviter à danser est différent, car dans la plupart des milongas, ils pratiquent le « cabeceo ». C'est plus simple, en fait, car tout se passe dans le regard. Au lieu de se lever pour inviter quelqu'un à danser un homme n'a qu'à regarder la femme avec qui il veut danser et si celle-ci soutient son regard, ils se retrouvent sur le plancher de danse. C'est beaucoup moins intimidant pour les hommes qui n'ont pas à subir l'humiliation d'un refus s'ils se lèvent pour inviter une femme à danser, puis ça permet aux femmes d'avoir un rôle plus actif en ne regardant que les danseurs qui les intéressent.

Une autre particularité est la possibilité de pouvoir danser au son d'un orchestre « live » dans certaines milongas. L'expérience peut être intéressante, mais certains préfèrent quand même danser sur la musique préenregistrée des grands orchestres.

Quel est le meilleur temps de l'année pour aller à Buenos Aires?

Le tango se danse tout au long de l'année dans la capitale argentine. Toutefois, comme les saisons sont inversées, il est beaucoup plus agréable d'y aller pendant leurs saisons plus chaudes, la température idéale et tempérée d'avril à juin en fait un excellent moment pour y aller, en plus qu'on peut dénicher des tarifs spéciaux sur les vols. On évite juillet et août, car il peut faire froid.

Des trucs à donner à ceux qui aimeraient aller danser le tango à Buenos Aires?

Oui, en fait, comme il faudrait passer plus d'un mois pour aller dans toutes les milongas, le mieux si on y va une ou deux semaines est de se concentrer sur un ou deux endroits où on retourne régulièrement. Cela augmente nos chances de danser, car on apprend à connaître les danseurs locaux qui ne se risquent pas toujours à inviter des personnes qu'ils n'ont pas vues évoluer sur la piste de danse.

Crédit photo : Nathalie Rivard

INOLTRE SU HUFFPOST

Tango à Buenos Aires
Les 30 destinations préférées des Québécois