NOUVELLES

Montréal en lumière : extraordinaire bilan pour la 14e édition (PHOTOS)

04/03/2013 09:34 EST | Actualisé 04/05/2013 05:12 EDT
Agence QMI

Les têtes dirigeantes de Montréal en lumière (MEL) étaient excitées comme des enfants, lundi, au moment de tracer devant les journalistes le bilan de la 14e édition du festival, qui a pris fin dimanche après dix jours d'activités extérieures, de spectacles et de bonnes tables. Se coupant mutuellement la parole et énumérant la programmation de cette dernière mouture dans sa presque totale entièreté, Alain Simard, président-fondateur, Jacques-André Dupont, directeur général, et Laurent Saulnier, vice-président programmation et production, se sont lancé quelques fleurs et ont promis que le meilleur est encore à venir pour ce rassemblement hivernal de plus en plus couru.

Bien qu'aucun chiffre exact ne soit disponible quant à l'affluence sur le site principal du MEL, érigé dans le Quartier des spectacles, on estime que, comme l'an dernier, une moyenne de 900 000 visiteurs a participé d'une façon ou d'une autre à la fête. On a enregistré une hausse de 59% des ventes aux différentes billetteries, de même qu'une augmentation de 38% du chiffre d'affaires aux kiosques extérieurs pendant la Nuit blanche, samedi soir. On a bien sûr béni la température douce qui a régné dans la métropole pendant la durée de l'événement, à l'exception du mercredi soir, où une grosse tempête de neige a fait rage, rendant ainsi difficiles les déplacements. Or, les conditions exceptionnelles de ce début d'année 2013 permettent déjà aux organisateurs d'avancer que le budget de départ de l'entreprise sera respecté.

Les trois hommes ont aussi lancé le souhait de voir les principaux bailleurs de fonds contribuer davantage à la Nuit blanche l'an prochain; tandis que seulement 2% du million consacré à la mise en œuvre du happening nocturne provient de l'enveloppe publique, on estime que le succès remporté par ce 10e tour de piste mériterait que le gouvernement revoie son financement à la hausse. Avec les 350 000 personnes qui font désormais la file pour se joindre à l'une ou l'autre de ses 185 attractions, la Nuit blanche du MEL revendique le titre de l'événement qui attire le plus de gens en une seule journée à Montréal et ce, pendant toute l'année.

Spectacles mémorables

Au chapitre des prestations qui demeureront gravées dans les mémoires, notons le concert d'une enrhumée, mais néanmoins très en voix Diana Krall - qui assurait sa propre mise en scène et avait conçu elle-même les montages qui défilaient derrière elle pendant son tour de chant, avec des images dénichées sur YouTube -, le lancement du nouvel opus de Pierre Lapointe, Punkt, de même que les performances de Karim Ouellet, Bernard Adamus et Dumas. Semble-t-il, par ailleurs, que David Usher était lui-même épaté par la foule record qui se massait devant lui lors de sa présence sur la scène de l'esplanade de la Place des Arts, aux premiers balbutiements de la Nuit blanche.

Francis Mallman : un malentendu

Invités à commenter le départ précipité du président d'honneur du volet gastronomique, Francis Mallmann, qui a claqué la porte du restaurant Europea après qu'on eût critiqué la présentation de quelques-uns de ses plats, Alain Simard, Jacques-André Dupont et Laurent Saulnier ont tenté de calmer les esprits en évoquant une malencontreuse embrouille pour expliquer le conflit. « C'était un imbroglio, a insisté Alain Simard. Jérôme Ferrer (chef de l'Europea) l'a répété à plusieurs reprises. C'était un malentendu, un triste malentendu ». Monsieur Simard dit avoir téléphoné à Monsieur Mallmann au terme de la tempête médiatique afin de le rassurer sur les bonnes intentions de son organisation. Il a en outre souligné que sur 400 chefs débarqués au MEL dans le passé, un seul avait quitté Montréal insatisfait.

Sinon, les rendez-vous gourmands de ce 14e effort ont eux aussi généré un vif engouement, avec les 400 convives qui ont convergé vers la Soirée découverte chefs et fromages d'ici (qui a couronné Marc-Olivier Eloy, du restaurant Au Petit Extra) et la série des Bonnes Tables, qui nous a permis de découvrir les saveurs de Buenos Aires, ville à l'honneur cette année.

Lorsqu'ils songent à l'avenir, les bonzes de Montréal en lumière n'anticipent que le meilleur pour leur « bébé » qui, l'espèrent-ils, continuera d'être à la fois un laboratoire et une vitrine pour les arts de la scène et de la table. On tend à marier encore plus étroitement ces deux champs en sollicitant davantage de partenariats et d'ententes internationales, afin que le MEL devienne un incontournable sur le circuit mondial des festivités du genre. Un comité consultatif présidé par Jean-Pierre Curtat, chef exécutif au Casino de Montréal, planche depuis l'an dernier sur l'amélioration de l'offre gastronomique du festival. En dernier lieu, on rêve d'inaugurer en 2014 (juste à temps pour la 15e édition) ou, au plus tard, en 2015, la patinoire de l'esplanade Clark, au coin des rues Clark et Sainte-Catherine.

INOLTRE SU HUFFPOST

Nuit blanche 2013