Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, a reçu l'appui de 97 % des militants lors d'un vote de confiance au congrès du parti qui prend fin dimanche après-midi à Montréal.

Les militants indépendantistes se sont aussi entendus dimanche pour verser à M. Aussant un salaire de 86 669 $. Il s'agira d'un salaire « symbolique » de député pour le chef d'ON qui a été défait aux dernières élections générales dans la circonscription de Nicolet-Bécancour.

Jean-Martin Aussant, qui estime qu'Option nationale est désormais sorti de la marginalité, promet de mériter ce salaire en faisant le même travail que ferait un député. « On va s'assurer de suivre tous les projets de loi qui sont déposés à l'Assemblée nationale, on va suivre les périodes de questions pour participer à tous les débats ». Le chef du parti souligne d'ailleurs qu'il compte présenter avec Pierre Curzi un mémoire sur le projet de loi 14 concernant le renforcement de la loi 101 qui sera débattu en commission parlementaire.

Ils souhaitent étendre l'application de la Charte de la langue française au niveau collégial. Les militants ont également prôné la gratuité scolaire, et ce, du primaire jusqu'à l'université.

« Il faut qu'on fasse ça si on veut s'inscrire dans le débat public et que les gens soient habitués de savoir et de se demander : qu'est-ce qu'Option nationale en pense? » — Jean-Martin Aussant

Le parti maintient le cap et souhaite que le français soit l'unique langue officielle et commune au Québec. L'ancien député péquiste Pierre Curzi, présent au congrès, croit notamment qu'il est souhaitable que les anglophones se sentent eux aussi concernés par la francisation. « Le taux de bilinguisme chez les anglophones est très élevé, et je pense que ça reflète la pensée d'une bonne partie des anglophones qui est qu'ils doivent aussi contribuer au fait français au Québec », dit-il.

Les membres d'Option nationale ont par ailleurs voté une résolution pour la création d'une armée québécoise qui aurait le mandat de protéger l'intégrité territoriale du Québec. Ils ont ensuite rejeté une motion en faveur d'une commission permanente contre la collusion.

Parizeau applaudi par les militants d'ON

Samedi, l'ancien premier ministre Jacques Parizeau s'est moqué des stratégies péquistes en matière de promotion de la souveraineté, affirmant notamment que sa carte de membre du parti avait été collée sur un morceau de bois pour éviter qu'il ne « la déchire ».

« Ça fait 15 ans que j'entends les chefs successifs du Parti québécois au pouvoir dire: "On va pas utiliser les fonds publics pour promouvoir la souveraineté". Ben si vous ne voulez pas utiliser les fonds publics pour promouvoir la souveraineté, pourquoi êtes-vous là? » a demandé l'ancien premier ministre péquiste à la foule de militants souverainistes.

Fondé en octobre 2011, le parti Option nationale a obtenu un peu moins de 2 % des votes lors des élections générales du 4 septembre dernier. La formation politique compte quelque 8 000 membres. Après sa défaite dans la circonscription de Nicolet-Bécancour, le chef Jean-Martin Aussant a manifesté son intention de se présenter à Montréal lors du prochain scrutin provincial.